Menu Fermer

Young Boys de Berne – Lugano

Young Boys de Berne - Lugano

23€ Tribune D
6.9

Le stade

7.0/10

Le football

5.5/10

L'atmosphère

7.0/10

La ville

7.5/10

L'expérience groundhopping

7.5/10

Pros

  • Berne, une ville sportive et compétitive
  • Salle de hockey unique en Europe !
  • Meilleur club de foot suisse aussi
  • Stade & coursives intimidantes
  • Tribunes bien remplies et proches du terrain

Cons

  • Le petit parcage de Lugano
  • Atmosphère quelconque à l'extérieur du stade

Je continue mon Tour de Suisse après Bâle, Zürich et Saint-Gall avec cette fois-ci Berne. En réalité, j’ai déjà été une fois à Berne pour y voir un match de hockey dans le parcage genevois. Je suis obligé de débuter par cela, car oui Berne est une grande ville de sport.

Berne, une ville de sport

Tout d’abord, on a les Young Boys de Berne qui dominent largement le championnat suisse depuis l’an dernier (et ils n’ont pas finis en dessous la seconde place depuis 2014). Ils affichent également les meilleures affluences du championnat avec Bâle : environ 24 000 de moyenne pour les deux clubs. Mais ils ont aussi la meilleure équipe Suisse de hockey sur glace, donc l’une des meilleures d’Europe. En affluence, voilà maintenant plus d’une quinzaine d’années qu’ils écrasent toute la concurrence en Europe avec 16 000 fans par match (source) dont 9 000 en latérale debout : la plus grande du Monde ! Pendant la trêve hivernale en foot, ils peuvent même réquisitionner le stade pour atteindre les 30 000.

Vous vous en foutez peut-être mais je tenais à amener ce point : si vous allez à Berne, n’hésitez donc surtout pas à aller voir un match de hockey dans la PostFinance Arena ! On est dans la même moyenne d’affluence qu’un match de NHL, avec une ambiance probablement pas moins bonne puisqu’on a un kop et des ultras.

Mais aujourd’hui, j’ai fait un aller-retour quasi exclusivement pour le match de foot (le match de hockey se jouait à la même heure). J’ai visité en toute hâte la ville, son centre-ville chic et calme (mais je commence à m’y habituer en Suisse). Et pour cause, elle serait l’une des villes les moins stressantes du Monde (source).

A ce propos, la Münsterplattform en est un bel exemple. C’est un petit parc avec un café, des jeux, et une belle vue sur l’Aar (rivière suisse) qui traverse Berne. Je file ensuite par curiosité vers la Fosse aux ours de Berne. Si la fosse n’accueille plus d’ours, le parc à côté accueille deux ours bruns. C’est en tout cas ce que j’ai appris après en lisant Wikipedia, puisque n’ayant aucun réseau en Suisse, j’ai simplement cru que si des ours devaient exister, ils seraient dans la fosse aux ours… J’ai donc tracé mon chemin vers le stade.

Young Boys de Berne, le stade et ses fans

J’arrive au stade, ou plutôt au centre commercial. Décidément c’est une habitude en Suisse les centre commerciaux ne font qu’un avec les stades (Bâle, Saint-Gall). Ici, c’est pareil. On reconnaitrait à peine l’existence du stade tant sa devanture aux formes carrées nous le fait passer inaperçu. Le groundhopper aurait de quoi trouver ça un peu triste, même si ça me donne le côté pratique de pouvoir manger ou trouver du wifi facilement… Ça n’excuse quand même pas le manque de vrais stands itinérants à l’extérieur du stade.

De l’intérieur, le Stade de Suisse est un outil bien plus séduisant. Je n’ai pas pris de photos des coursives du virage car j’ai vite senti que les murs et drapeaux étaient de la propriété des ultras (relire mon compte-rendu de Bâle où je me suis fait virer du stade). Ça restera donc un secret pour vous mais c’était bien stylé. J’aime en plus beaucoup ces couleurs du club jaunes et noires bien intimidantes, même le logo du club ou tout simplement son nom ressemblent à l’identité d’un groupe de supporters plus que d’un club. C’est classe. Quand j’entre dans la tribune, il y’a effectivement plusieurs grandes banderoles longeant la tribune pour signaler qu’il est interdit de prendre des photos. La photographie étant une partie de mon petit plaisir, je suis donc parti dans la tribune supérieure pour observer de plus loin l’activité du Kop avant d’y retourner en seconde mi-temps.

Ce match contre Lugano est sur le papier le pire match du calendrier récent des YB de Berne : Valence, St Gallen avant. Manchester United, Bâle et Thoune (derby bernois) après. Je commençais à me dire que j’ai pu faire un très mauvais choix de match. Si les ultras ont un beau tifo à sortir, ça m’étonnerait que ce soit pour ce soir…

Je vais avoir une bonne surprise comme à chaque fois que je mets les pieds en Suisse. Je commence à penser que le football suisse est mon football d’Europe de l’Ouest préféré. Les ultras fournissent à chaque supporter de la tribune basse des parapluies aux couleurs du club tandis que la tribune haute va faire pleuvoir rouleaux de papiers toilette sur la tribune basse. Visuellement ça rend bien et l’idée est originale, c’est validé. Après ça, on a quand même un retour un peu plus à la normale avec un Kop crédible mais malgré tout peu impressionnant. Les chants ne sont pas suivis par toute la largeur de la tribune. Par contre on peut saluer le fait que les tribunes latérales ne manquent pas d’enthousiasme, et notamment en reprenant plusieurs fois un chant lancé par le virage.

Je ne vais pas m’étaler sur le match qui fut quelconque avec un seul but de Berne sur CPA. Et si vous regardez les scores récents de Berne, c’est très rare de ne voir qu’un seul but. On va directement passer à la fin. Les joueurs prennent largement le temps de remercier les fans de toutes les tribunes puis de s’asseoir devant nous pour écouter chanter le virage. Cela a même fini par me sembler long. Et tout ça pour un match vraiment oubliable dans la saison de Berne.

Et donc voilà une nouvelle expérience suisse plutôt agréable qui se termine, pas dingue mais si on met en perspective le fait que c’était un match qui n’a aucun intérêt sportif, c’est quand même déjà bien satisfaisant. J’en ai oublié de parler des supporters visiteurs : une cinquantaine que je n’ai jamais pu entendre. On en revient au hockey : Lugano en Suisse c’est surtout l’un des plus beaux derbys d’Europe contre Ambri.

Stade
Ville
Ambiance
Summary
Co-fondateur et rédacteur | Website

Familiarisé aux parcages pour suivre le FC Nantes, un stage sur Liverpool, mon autre club de coeur, a développé ma passion pour le groundhopping en 2016. Cofondateur au-stade.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *