Menu Fermer

Bradford City – Sunderland, direction League One

Bradford City - Sunderland, direction League One

East Stand 16£ Student
7.4

Le stade

9.0/10

Le football

6.0/10

L'atmosphère

8.0/10

La ville

6.0/10

L'expérience groundhopping

8.0/10

Pros

  • Superbe stade avec des tribunes vraiment jolies
  • Belle ambiance derrière le but
  • Les fans away de Sunderland

Cons

  • Les alentours du stade
  • Le niveau de jeu, on est bien en troisième division

Troisième étape de mes aventures de groundhopper et cette fois-ci on part du côté de Bradford, pas très loin de chez moi puisqu’à moins d’une demi-heure de Leeds. Le rendez-vous du jour est un match de League One (troisième division) entre le club local, Bradford City, et Sunderland, qui vient de subir deux relégations consécutives (aïe).

Je dois avouer que je ne connaissais pas bien le club ou le stade avant de venir. J’avais seulement eu vent de leur épopée en FA Cup en 2015 (éliminations successives de Milwall, Chelsea et Sunderland quand même) et du tragique incendie à Valley Parade en 1985 qui a fait 56 victimes. Mon expérience au désormais Northern Commercials Stadium (foutu naming) commence donc par le mémorial à la mémoire des disparus.

Je vais ensuite récupérer mon billet au ticket office situé dans un des coins du stade. Concernant ce billet, il m’a coûté £16 en tarif étudiant (aucune vérification ni au retrait, ni à l’entrée du stade) sur la billetterie en ligne du club, acheté trois semaines avant la rencontre. La vente était ouverte à tous, et il restait pas mal de places. J’ai donc choisi une place au milieu du premier rang de la tribune latérale (east stand), avec ainsi une vue sympathique, même si un poil trop basse par rapport à la pelouse. Heureusement que je n’avais personne à côté car l’espace pour les jambes était aussi limité.

J’en parlais un peu plus tôt, au niveau des transports, j’ai (encore) pris un bus National Express pour faire l’aller-retour (£5, deux fois trente minutes environ). Le train pouvait aussi être une solution mais pour de 2/3 livres de plus le gain de temps (10 minutes) n’est pas suffisant à mon goût. Le stade est situé à 25 minutes de la gare (bus et trains au même endroit).

Pour parler du stade en lui-même, il date de 1886 et compte un peu plus de 25 000 places. Je n’ai d’abord pas été très séduit par l’extérieur (bon en vrai j’ai galéré à trouver un petit endroit sympa où manger mon sandwich), mais une fois à l’intérieur on ne peut qu’être impressionné par cette grande et haute tribune en angle. J’ai vraiment apprécié que tous le stade soit au couleur du club (bordeaux et jaune), que cela soit les sièges, les escaliers etc.

Arrivé deux heures avant le coup d’envoi, j’attends une heure que les portes s’ouvrent et m’installe à ma place. Le stade se remplit peu à peu, il restera tout de même quelques places libres derrière le but et dans un coin supérieur notamment. Cependant l’ambiance est au rendez-vous et pas qu’un peu. Beaucoup de chants durant toute la durée du match et repris par tout le public, soutenu par quelques tambours. Les fans de Sunderland, venus en nombre et occupant une tribune derrière un but et une partie de la east stand, sont (comme la plupart des fans away) très bruyants également.

Concernant le match, on a eu droit à un bon vieux kick and rush des familles, dans une atmosphère assez électrique puisque les deux équipes ont fini à 10. C’est d’abord les Black Cats qui ouvrent la marque en première période. Bradford égalisera à l’heure de jeu mais concèdera bêtement un second but deux minutes plus tard. Le petit numéro 10 de Bradford Jack Payne ratera malheureusement un penalty qui aurait pu permettre aux locaux d’accrocher le point du match nul. Les esprits vont alors peu à peu s’échauffer, le jeu est plus haché et les 7 minutes de temps additionnels ne font pas plaisir aux supporters de Sunderland.

La proximité avec le terrain m’aura permis de malgré tout prendre du plaisir pendant ce match. Le stade m’a vraiment plu et l’ambiance était au rendez-vous, je ne pense maintenant qu’à mon prochain match.

Stade
Ville
Ambiance
Summary

Football populaire, rock indépendant et lutte des classes. À bicyclette ou dans la fosse. #YNWA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *