Menu Fermer

River Plate – Newell’s Old Boys

River Plate - Newell's Old Boys

30€
7.7

Le stade

7.0/10

Le football

9.0/10

L'atmosphère

6.5/10

La ville

7.5/10

L'expérience groundhopping

8.5/10

On s’était quitté après un premier match en Argentine et un derby d’Avellaneda très très chaud. Depuis ce match, on a quitté Buenos Aires pour explorer la pampa argentine (c’est magnifique) et les chutes d’Iguazu (c’est encore plus magnifique).

Nous voici de retour à Buenos Aires pour profiter des derniers jours en Argentine avant le retour à la réalité. Au programme, visite des quartiers qu’on n’a pas encore eu l’occasion de voir : la réserve écologique, les quartiers proches de la place de Mayo et le Nord de la ville, fief de River Plate.

Commençons par tenter d’aller chercher des places pour le match du soir. On prend le bus et on part direction le nord, le quartier de Belgrano. C’est un quartier riche de Buenos Aires, on voit des immeubles haussmanniens et de beaux pavillons (où les gens lavent leur voiture au karcher le dimanche matin dans la rue, devant leur garage).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le stade El Monumental est juste à côté de ces beaux pavillons. Il est pour sa part situé dans le quartier de Nuñez, juste à côté. On se rend donc au stade pour tenter de prendre des billets pour le match du soir. On arrive au guichet, et là, surprise. Ils ne vendent pas de places, ils délivrent celles achetées sur Internet.

Du coup, on se met maintenant en quête de connexion Internet en cherchant au hasard des réseaux wifi ouverts dans la rue (oui, c’est la galère). Finalement on rentre dans un magasin de meubles qui nous offre gentiment accès à son ordinateur. On va essayer d’acheter des places, et là le site web ne fonctionne pas. Chaque clic sur la page ramenait sur la page d’accueil. Ils essayent également de leur côté. Impossible.

Après avoir galéré pas mal sur Internet, pour trouver des solutions alternatives, reste la solution viagogo. Tant pis, on paiera les places plus chères. Mais c’est El Monumental. C’est River Plate. C’est l’Argentine. Ca vaut le coup. Même à 30€ la place en tribune latérale haute. Enfin, si elles arrivent à temps à l’hôtel (pas possible de les imprimer sur place).

En attendant de pouvoir récupérer les places, on va visiter Belgrano. Superbe quartier, très coloré. On va découvrir le marché, parcourir la rue “des instagrameurs” avec des graphitis superbes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Fin d’après-midi, on retourne à l’hôtel pour récupérer les places après avoir fixé un rendez-vous à nos vendeurs. Les places enfin en main, je suis rassuré. Je vais aller au Monumental putain !

On prend le bus, c’est blindé de maillots rouges et blancs. Quel plaisir. Quelle hâte.

A la sortie du bus : on est bloqué par la police ! Tous les supporters, tous bloqués. On attend. Les gens ne râlent pas. Ca doit être habituel. Puis d’un coup, plein de sirènes ! C’était le bus des joueurs qui arrivait. Après avoir reçu une belle acclamation des fans (le bus, pas nous), on peut remarcher en direction du stade. Le chemin se fait par un parc, c’est très agréable. On arrive 1h avant le match pour pouvoir profiter de l’avant-match.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le stade est beaucoup plus grand que celui de l’Independiente. Ou alors c’est parce qu’on est beaucoup plus haut. En tout cas le terrain parait loin. Le stade n’est pas bien rempli, c’est un peu dommage. Mais l’ambiance d’avant match est quand même agréable. Le match commence, River Plate attaque, et prend rapidement l’avantage.

L’ambiance commence à monter.

Rapidement River fait le break. 2-0, filmé en direct.

La suite du match est un récital pour River Plate. Découverte et festival de Nicolas de la Cruz. Match très agréable, qui se termine à 4-2 pour le “mas grande”.

L’ambiance était assez sympa en mettant le contexte du match assez banal entre deux équipes de milieu de classement. Ca doit être totalement dingue pour de grosses affiches.

Ce voyage en Argentine m’a permis de réaliser deux rêves : voir un derby argentin, et voir un match au Monumental ! Quel bonheur.

Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, je m’envole à Istanbul pour le boulot, je vais en profiter pour voir un match de Besiktas à domicile !

Stade
Ville
Ambiance
Summary

1 Comment

  1. Ping :Le groundhopping, la rencontre Voyage-Football - Au stade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *