Menu Fermer

Mansfield Town FC – Forest Green Rovers FC (+ Notts County et Nottingham Forest)

Mansfield Town FC - Forest Green Rovers FC

8.1

Le stade

7.0/10

Le football

8.5/10

L'atmosphère

7.0/10

La ville

9.0/10

L'expérience groundhopping

9.0/10

Ce séjour groundhopping avait pour but d’assister au match entre Mansfield Town FC et Forest Green Rovers FC. Ce match comptait pour la 34ème journée de la League Two, soit le quatrième échelon professionnel d’Angleterre. Avant ce match, Mansfield Town est 3ème avec 58 points et Forest Green Rovers 6ème avec 54 points, les deux équipes jouent pour une montée automatique à l’échelon supérieur.

La ville de Nottingham

Pour ce séjour dans les Midlands de l’Est, au centre de l’Angleterre, nous logeons à Nottingham qui est à 30 minutes de train de Mansfield. D’un point de vue tourisme la ville sort des sentiers battus. Elle mêle passé industriel (dentellerie, mines et métallurgie etc.) au fort héritage urbanistique, bâtiments médiévaux et architecture contemporaine, quelques parcs à l’anglaise et la légende de Robin des Bois en fil rouge. Bref, on trouve de quoi s’occuper. Une visite de la ville en un jour se fait aisément, compter deux jours pour explorer un peu plus en faisant quelques musées, troglodytes ou parcs périphériques avec leurs manoirs et animaux sauvages. Prévoyez par contre un peu plus de temps pour faire la tournée des pubs ! Au passage le plus vieux pub d’Angleterre serait au pied du promontoire rocheux du château dans lequel il est à même creusé, le « Ye Olde Trip to Jerusalem », adresse recommandée avec un cadre atypique.

Impossible de séjourner à Nottingham sans faire un tour par la rivière Trent au sud du centre-ville. Non pas pour admirer les ragondins ou l’aviron, mais de chaque côté de la rive, à moins de 500 mètres l’un de l’autre se trouvent les deux stades les plus proches géographiquement d’Angleterre : le Meadow Lane de Notts County FC, plus vieux club professionnel de football au monde, et le City Ground de Nottingham Forest, double vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1979 et 1980.

Notts County, Meadow Lane

C’est depuis County Road que la perspective est la plus belle avec ces deux stades à l’architecture so british. Le Meadow Lane des Magpies dont toutes les tribunes ont été reconstruites dans les années 1990 est assez harmonieux dans ses formes. Les angles non fermés permettent de deviner les sièges aux couleurs du club, le toit de la « The Jimmy Sirrel Stand » se distingue par un fronton triangulaire qui rappelle entre autre Craven Cottage. Les façades alternent entre tôle et brique, la grille de l’entrée principale est siglée « Notts County FC » et on trouve devant le parvis du stade la statue de deux légendes du club : Jimmy Sirrel (coach) et Jack Wheeler (personnage fidèle au club qui y aura gravit presque tous les échelons). Le bémol de ce stade est son environnement entouré d’activités artisanales.

Nottingham Forest, City Ground

Il suffit de franchir le pont pour être au City Ground de Forest, coincé entre la rivière et un quartier pavillonnaire. Le stade est plus imposant par ses dimensions, notamment la « Trent Stand » qui surplombe la rivière et la « Brian Clough Stand » dont les piliers donnent le vertige. Caractéristiques du stade, la tribune principale fait pâle figure comparée aux autres tribunes plus modernes, mais il y a quelques jours il a été annoncé qu’elle serait reconstruite. Aussi à un angle du stade est toujours utilisé un mât d’éclairage qui pourrait faire l’objet d’une classification en monument historique tant il parait vieux et qu’il apporte un certain charme à l’ensemble. A noter que deux jours après notre passage se tenait l’affiche Nottingham Forest vs Derby County en championship, les nombreux stickers dans le quartier attestent de la rivalité entre les deux institutions. N’oublions pas la statue de Brian Clough érigée en plein centre-ville, l’entraineur qui a notamment porté Forest à son double titre de LDC. Le football est vénéré dans la vie des anglais, son espace public, god save UK !

C’est en train que l’on prend un aller-retour pour Mansfield et à un prix dérisoire (15£ A/R à deux). La gare est située entre le stade et le centre-ville à 10 minutes de chacun. Il ne faut pas se cacher que l’intérêt touristique pour la ville est moindre. Un grand centre commercial en centre-ville, quelques pubs et boutiques, la place principale est occupée par un marché et ses nombreuses étales avec tout autour les bâtiments les plus sympathiques de la ville. Cela n’empêche que les rues étaient envahies par les habitants qui profitaient du beau temps. Son principal attrait est la forêt de Sherwood qui a l’air de valoir le coup, mais pas le temps pour une balade forestière, les cerfs, surnom de Mansfield Town FC, c’est au stade qu’on va les voir.

Le Field Mill Stadium de Mansfield Town FC

Le Field Mill Stadium, stade du Mansfield Town FC, se revendique comme étant le plus vieux terrain professionnel de football au monde (1861). Il a été renommé le One Call Stadium, le naming… Sa forme actuelle date de l’année 2000, trois tribunes avec deux kops, l’un pour les supporters visiteurs, l’autre plutôt réservé à un public familial. La tribune « Ian Greaves Stand » est celle où se rassemblent les plus nombreux fidèles supporters des Stags. Ce sont environ 9 000 spectateurs qui peuvent prendre place à un match. L’architecture du stade est commune à de nombreux stades reconfigurés, mais on aime retrouver ces pans de murs en tôle, les structures en acier verticale pour tenir les toitures, les soubassements en brique. L’originalité du stade tient dans un semblant de seconde tribune latérale, la « Bishop Street Stand », désormais quasi à l’abandon et qui sert d’affichage à de nombreux panneaux publicitaires. Malgré tout se dégage un soupçon d’authenticité et on peut même y deviner les vestiges de terraces au niveau de l’écran géant, signe d’un autre temps ! Le gros bémol pour ce stade sont les grilles autour qui donne l’impression de vouloir cacher un terrain classé secret/défense. Pour festoyer il y a un pub sous la tribune principale où les supporters des deux camps se mélangent. Ils sont présents dès 1h30 avant le coup d’envoi. Aussi à l’entrée du stade un snack diffuse dans l’air son odeur de graillon. On opte pour la dernière solution avec un burger double steaks + cheddar et sa quadruple garniture d’oignons accompagné de frites sauce brune s’avèrent bien meilleurs que le visuel ne pouvait laisser croire (8,5£). Le gras c’est la vie, ça les britanniques l’ont aussi bien compris, cet encas nous tiendra au corps jusque tard dans la journée. L’ensemble du personnel, de la billetterie pour récupérer nos précieux billets (23£ l’unité plein tarif, bloc supérieur et quasi au milieu de la « Ian Greaves Stand »), la petite boutique, aux agents de sécurité sont supers amicaux avec nous. Ils ont étés au bas mot surpris que des frenchies fassent un déplacement pour leur club, attirant une vague de sympathie et de blagues.

L’atmosphère

L’accès à la tribune se fait par un escalier aux couleurs jaune et bleu du club et où est affiché de nombreuses citations sur le football par d’illustres personnages. Pour notre première rencontre dans une enceinte anglaise, nous avons été étonnés par la coutume qui veut que tout le monde reste debout jusqu’au coup d’envoi, peu importe votre âge ou si vous vous sentez lourd après votre repas ! La tribune principale est bien remplie, au total ce sont 5 256 personnes qui ont assisté au match, dont 171 de l’équipe visiteuse mais le chiffre peu laisser dubitatif car il n’y avait qu’un car. Le match était aussi gratuit pour les -18 ans et ce pour plusieurs matchs durant la saison. Une bonne cinquantaine de supporters de Mansfield, surtout des adolescents et jeunes adultes, accompagnés d’un tambour (assez rare au Royaume-Uni) sont restés debout tout le match sur un côté de la tribune où nous étions (bloc haut). Ils ont rythmé le match avec leurs chants assez simples mais toujours efficaces (Yellow ; Yellow and Blue Army ; Oh when the Stags go marching on ; MTFC the team for me ; etc.) notamment durant la première mi-temps synonyme d’ultra domination des locaux. On a été aussi conquis par les applaudissements sur les tacles souvent rugueux, ou bien encore le sacrifice de son corps pour empêcher le ballon ou l’adversaire de progresser. Le public acclame la mise sous pression d’un adversaire qui finit par paniquer et peu sûr de sa protection de balle reculera jusqu’à sortir en touche. La deuxième mi-temps moins débridée fera que les supporters seront plus silencieux. Ils auront réussi à avoir une influence sur un fait de jeu, un joueur de FGR ayant tiré un premier corner avec le ballon en dehors de l’arc de cercle, sur la tentative suivante il a voulu recommencé, mais le public s’est montré suffisamment véhément pour que l’arbitre après avoir calmé quelques esprits dans la surface et s’être replacé, reparte en direction du tireur l’obligeant à reculer le ballon. On savoure !

Tenez la playlist crachée par les hauts parleurs du stade avant le match et pendant la mi-temps.

Le match

Pour en venir au terrain, Mansfield Town aura dominé de la tête et des épaules la première mi-temps, se procurant un nombre incalculable de situations et d’occasions dangereuses mais sans réussir à les convertir. Forest Green Rovers se montrera menaçant sur quelques rares incursions. C’est durant un second acte plus équilibré et un peu moins enlevé que les Ambers and Blues délivreront le stade suite à une belle action construite qui doit aussi à la couverture du hors-jeu par un défenseur et à la faible détente du gardien à la lutte avec l’attaquant Tyler Walker sur un ballon en cloche suite à une première frappe repoussée, le buteur prêté par Nottingham Forest sautera plus haut et inscrit son 16ème but de la saison. Les dix dernières minutes seront stressantes pour les Stags, les adversaires ont fait le siège de leur surface et ne sont pas passés loin d’égaliser, mais ils tiennent bon jusqu’à la fin. Ils auront quand même perdu à la 90+6ème leur buteur qui se fait exclure pour des injures à l’arbitre de touche.

L’homme du match désigné par le public a été Willem Tomlison qui au milieu de terrain aura empêché par sa présence physique et sa combativité toute incursion adverse. Mais le joueur qui nous aura marqué est Jorge Grant, milieu de terrain également prêté par Nottingham Forest. Joueur technique, formidable distributeur de caviar en déviation ou une touche de balle, il sait orienter le jeu, jouer au sol et peut être à l’origine et à la conclusion d’une même action. L’autre touche technique sur le terrain aura été David Flitcroft, l’entraineur de Mansfield… Sur un ballon contré qui a fini en chandelle dans sa zone technique, il a réalisé un superbe amorti en chaussure de ville, le ballon restant à ses pieds. Il a reçu l’acclamation qu’il méritait. Au classement la lutte pour la promotion est acharnée avec un quatuor qui se détache, si MTFC ne se relâche pas le club devrait pouvoir accéder directement à la League One en s’appuyant sur un effectif assez complet pour ce niveau avec une colonne vertébrale du gardien à l’attaquant (Smith / Pearce / Bishop / Grant / Walker) à la baguette pour diriger chaque ligne.

L’engagement des joueurs aura permis d’assister à une rencontre très vivante, qui fait presque oublier les erreurs techniques, les chandelles alors qu’il est possible de ressortir par un jeu propre posé au sol. Le score final ne reflète pas la débauche d’énergie mise pour marquer.

L’expérience groundhopping

Expérience groundhopping formidable. Il s’agissait de notre premier match à l’étranger et cela nous démangeait depuis un bout de temps. On a été conquis par le jeu et l’ambiance de la quatrième div’, et même si Mansfield n’est pas une ville pour laquelle on se déplace spécifiquement, on essaiera de revenir y voir un match. De plus, il y a quand même de quoi profiter dans la région trop souvent juste résumé à son passé industriel. Aussi, dans cette région où le vote en faveur du Brexit a atteint des sommets (80 % pour Mansfield s’il-vous-plait) les gens ont été supers accueillants !

Article écrit par @geoffgt

Stade
Ville
Ambiance
Summary
geoffgt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *