Menu Fermer

Wydad - Raja

15€
8.4

La ville

8.0/10

Le football

6.0/10

L'atmosphère

10.0/10

Le stade

9.0/10

L'expérience groundhopping

9.0/10

Pros

  • Ambiance
  • Animations
  • Ville
  • Climat
  • Accueil des gens

Cons

  • Achat des billets compliqué
  • Budget (avion, hôtel)
  • Restaurants fumeurs

Voilà un match que je rêvais de faire depuis des lustres… Alors que mon frérot @Maxresendes suivait mes aventures ci et là à travers le globe, il ne cessait de me répéter de venir à Casa, chez lui, pour vivre un match hors norme.

Nous en discutions depuis des mois et alors que je me tâtais à assister au derby prévu la semaine du 16/11 en championnat, Max m’incite à choisir le match retour de la coupe des clubs Arabes, après notamment le bouillonnant match aller (le fameux tifo Dragon de feu du Wydad).

D’ailleurs, le Maroc c’est vraiment un délire en terme de calendrier, c’est bien pire que l’Argentine en terme de programmation/déprogrammation (le match de championnat n’a jamais eu lieu, je ne sais même pas quand il est prévu…).

Je me tâte car financièrement, c’est un petit budget et les temps sont durs! Mais bon, je ne peux pas rater cela, pas après ce match aller de folie en tribune. 

Les Rajawis auront à coeur de montrer qu’eux aussi savent faire les choses bien, et les Wydadis ont le démon car le monde entier a relayé leur tifo en citant le Raja, car ce sont eux qui ont “reçu” le match aller (pour info, les 2 équipes partagent la même enceinte, le Stade Mohamed V).

De toute manière, je n’ai aucune intention d’aller au Bernabeu pour le dernier match de poule du PSG, donc c’est réglé, j’irais à Casablanca!

Billet d’avion en poche, je suis très inquiet pour l’obtention du billet.

Maxime me rassure, si je n’en ai pas via la billetterie en ligne (qui semble complètement utopique à 1 semaine du match), j’en trouverais au marché noir. 

Le WAC communique sur le fait que la billetterie se fera INTÉGRALEMENT online, sur un site qui n’existe pas encore mdr. La veille de l’ouverture de la vente, le site est affiché “en maintenance”. Certaines sources au bled annoncent que la vente se fera finalement au guichet, tout et son contraire est dit, c’est un véritable bordel.

Mercredi (à 3j du match donc), la billetterie ouvre finalement à 15h. Comme prévu, les serveurs puent leur mémé, quand on arrive à rentrer sur le site, on bloque sur le lien du match, quand on passe cette étape, c’est le login qui pose problème. Les autres galères rencontrées, la validation du Captcha, le choix de la tribune, le stop au moment du paiement… Cependant, y’a pas un cas où je peux rater cette vente. A chaque erreur, nous sommes bien entendus renvoyés à la page d’accueil et il faut tout recommencer…

Je parviens finalement à attraper mon Vif d’Or au bout d’une bonne heure et demi de refresh non stop Je serai donc en Zone 3, du côté Raja. Max perd patience et se décourage, il m’envoie un message pour me dire que le derby se jouera sans lui. Comment ça le boug qui me chauffe n’assiste pas au match? Je rentre à la maison et force le passage, après quelques minutes je parviens à lui choper 2 places, pour lui et son cousin en Zone 5 Magana. Casablanca, on arrive!!!

Après un PSG/Lille éclaté, il est temps de passer faire un tour chez Amine pour une config PC (et mon Touchpad narvalo?), de préparer les affaires et dormir une petite heure avant d’aller à l’aéroport.

Réveil à 4h, direction Mitry Mory où je dépose mon gamos chez Serge, que je n’avais d’ailleurs pas vu depuis… Manchester!

Il me dépose ensuite à Roissy, c’est parti Baby! A peine dans l’avion, le ronflement est intense. Réveillé pour le petit dèj, j’en profite pour apprécier la magnifique vue sur le ciel. 

10h30, arrivée à l’aéroport Mohamed V (et oui), le temps de retirer un peu d’argent, prendre une carte sim, de trouver la gare et d’attendre mon train (1 par heure, forcément j’ai raté celui de 11h05 mdr).

Le train entre l’aéroport et Casa Voyageurs est rapide, et l’hôtel recommandé par mon Rajawi préféré est en face de la gare! Parfait. Cassage de croûte dans un snack local (la sauce Ajax 🔥), puis petite sieste histoire d’être en forme.

16h, il est l’heure de se rendre au stade.

Au tramway, je discute avec un mec du derby, il est pour le Wydad et s’émerveille que des étrangers viennent au Maroc pour voir des matchs de foot (d’ailleurs le boug parlait super bien anglais mais pas du tout français). Quand je lui parle de l’Argentine, il a les yeux qui s’écarquillent alors que… bref!

Dans le tram, c’est plutôt calme, je m’attendais à un truc plus funky. Au changement de ligne, des supporters du Raja (qui ne parlent rien d’autre que l’arabe) m’embarquent avec eux pour m’indiquer où aller. On court pour choper le tram et les mecs ne pointent pas leur ticket. Des agent de sécurité, genre contrôleur, débarque et balance des coups de poings aux “fraudeurs”, en proférant des insultes à tout va : le mec à doit avoir 40 ans de plus que les Rajawis, mais il en a rien à foutre, il veut en découdre mdr.

Bon, je vois que ça pète, je me mets donc à l’écart en attendant le prochain tram. Sur la ligne, des mecs en moto défilent avec des drapeaux, en voiture sur la route, des chants à la gloire des 2 clubs commencent à se faire entendre, doucement mais sûrement, le derby se lance!

Les gens sont d’une incroyable gentillesse et m’indiquent mon chemin, me disent de faire attention… 

Sorti à la station “Ghandi”, je ne ressens pas l’atmosphère du derby telle que j’aurais pu l’imaginer. Quelques supporters sont en route vers le stade, mais rien de fou. En réalité, c’est parce que le stade est assez loin de la station de tram (environ 3km).

Les chants commencent à se faire entendre, je ne dois plus être trop loin. En effet, derrière un immeuble en construction (ou en destruction, je ne sais pas trop finalement 😀 ), je peux voir les lumières du Mohamed V. Je sens la pression monter, ça va être le feu!

Du vert partout, il semblerait que je sois du bon côté du stade. 

La queue pour l’accès aux tribunes est gigantesque, heureusement un flic m’indique que mon accès n’est pas ici (je me suis retrouvé avec les viragistes). Les keufs seront beaucoup moins “coopératifs” lors du contrôle des billets/fouilles de certains. Des mecs sont éjectés de la file d’attente avec beaucoup de “virulence”.

Chaque personne que je sollicite pour m’indiquer mon chemin semble hyper fier et content de me renseigner, c’est très agréable!

Alors que certains subissent des fouilles très poussées, je passe entre les gouttes et c’est tant mieux : je flippais pour ma batterie portable qui me permettra d’immortaliser cette ambiance extraordinaire (iPhone suxx).

Je rentre dans l’enceinte qui est ARCHI pleine à 1h30 du coup d’envoi,

je m’installe (placement libre, même en latérales), je suis là depuis 30s et je prends une claque sonore par les supporters du Raja!

L’ambiance est dingue, les latérales sont des virages ici. Les Rouges du Wydad répondent de la plus belle des manières, la “compétition” entre les 2 camps n’est pas que sur le terrain, elle se joue aussi en tribunes pour un rendu incroyable. Toute proportion gardée, cela me rappelle le Parc des Princes d’avant, avec 2 virages très actifs qui se rendent coup pour coup (bon, c’est pas fait exprès mais vous aurez compris :D).

Dans le regard des gens, je peux voir l’importance de ce match. La tension est vraiment à son comble et tu sens que la défaite est vraiment interdite (je sais, ça fait très phrase bateau mais c’est vraiment perceptible). 

Lors de l’entrée des joueurs sur la pelouse pour l’échauffement, les chants s’intensifient. C’est marrant, dans ce stade les joueurs rentrent chacun du côté de leur Kop avec accès sous la pelouse.

Un petit message au frérot Sou, avec qui je baroude en France et partout en Europe pour notre PSG, supporter du Wydad, pour lui foutre la rage mais… le boug est là, dans la Curva Nord! 

J’en profite pour discuter un peu avec mon voisin, un maroco-hollandais venu spécialement pour le match. Le soleil se couche, les joueurs rentrent au vestiaire! Mes collègues de tribune sont tendus pour l’issue du match, moi je n’ai qu’une hâte, c’est de voir ce que nous réservent les 2 curvas en terme d’animation 🔥. 

Amine, qui suit le match de son Espérance (ils ont sauté comme du Popcorn les cons! Contre des merguez en plus), regarde d’un oeil ce qu’il se passe à Casa et me dit que l’ambiance à la télé est folle, il m’envoie une photo aérienne du stade impressionnante.

Les joueurs entrent sur la pelouse, les Rajawis prennent le lead avec le premier tifo, déployé à une vitesse incroyable. Il illustre une clé, sur le coup je ne comprends pas, mais Max me donnera les explications le lendemain (si ca vous intérèsse, vous pouvez lire ici : https://www.challenge.ma/le-secret-de-room-101-du-tifo-du-raja-124039/ ).

2mn après, le “Room 101” apparaît dans le virage, sublime, avec encore une fois une exécution parfaite. Devant le virage, une voile est déployée où l’on peut voir des légendes du Raja fêter la victoire!

La seule fois où j’ai vu une aussi bonne exécution, c’était à Belgrade. Je suis d’ailleurs fasciné par la façon dont est dirigé le Virage, que ce soit pour les tifos ou les chants. Le capo est sur la piste et juste avec sa voix et sa gestuelle, il dirige d’une main de maître des milliers de personnes. Incroyable!

Les Wydadis répliquent avec un magnifique tifo feuilles représentant un château, avec une voile montrant un Roi, diverti par 3 “bouffons” (Eagles, Green Boys et Derb Sultan, les 3 groupes du Raja). Je suis aux anges, mais un peu déçu de ne pas avoir vu de craquage (putain on est au Maroc, elles sont où vos torches!! Wait for it…).

Alors que j’en ai déjà eu TRÈS LARGEMENT pour mon argent, ce n’est pas fini! Les verts enchaînent avec un 3è tifo GIGANTESQUE. 

Il représente Alex DeLarge, le psychopathe d’Orange mécanique, avec une bombe dans les mains. Et là… pfiouuuuuuuu gigas pots de fumées de partout, le rendu est exceptionnel.

Je suis comme un fou en tribune, le match a commencé depuis 5mn, je n’ai pas vu une seule minute de football mais je m’en bats les reins! Ce que je suis en train de vivre est monumental. Ça craque de partout, en latérales, même en loges. C’est du grand n’importe quoi mais j’adooooore ça!!

Je m’assois, je me remets tout juste de mes émotions et ban, les Winners déploient un tifo “Père Jego” avec une voile représentant cet homme, qui fonda le WAC et remporta 12 titres de 1939 à 1956. S’en suit un craquage massif dans la Curva Nord.

OK, mais il se passe quoi sur le terrain? 12è minute, penalty pour le Wydad du côté de la Curva Sud. Panenka, grosse célébration de fdp (le boug prend une chaise et s’assoit au poteau de corner), autant vous dire que ça criait des “Nardinamouk” à côté de moi 🙊.

Le Raja semble complètement dépassé, incapable de créer du danger, tandis que les Rouges continuent de mettre la pression.

Alors que la mi-temps arrive, des banderoles piquantes sont brandies dans chacun des 2 virages.

A noter que je n’ai pas parlé du numéro 17 du Wydad, une vraie petite catin comme j’en ai rarement vu (il n’a absolument rien à envier à Busquets, Alves ou consorts). On est encore en 1è MT, il y’a 1/0 et il simule déjà pendant des heures pour gratter du temps…

Pendant la MT, le frérot hollandais en profite pour faire le plein de boissons et chocolats et régalent tout notre bloc 🙂

Apparemment, les Rajawis n’ont pas fini leur exposition artistique, on dirait bien qu’ils nous préparent une nouvelle animation pour cette 2è période.

Dès l’entame du second acte, les visiteurs obtiennent un penalty devant leur virage. Les festivités se préparent, s’il est transformé, ça risque de péter!

Boom, c’est dedans, Le Mohamed V se transforme en Azkaban quand la Curva sud s’embrase de fumigènes verts et rouges. Une voile est levée, représentant Daisy (le symbole du Wydad étant l’oie) habillée d’une petite robe sexy sur laquelle est dessiné le dragon (tifo du Wydad à l’aller donc). 

L’ambiance est dingue, mais va rapidement redescendre quand à peine 5mn plus tard, alors que la Curva Nord prépare un gros tifo (virage en feu, avec des centaines de fumigènes), quand le Wydad reprend l’avantage. Le virage ne s’enflamme pas, il était déjà en feu! Mais il explose littéralement, ça fête le but comme Cavani, maillot enlevé, gros bordel devant le virage, c’est un délire. Dans le même temps, 2 toiles sont tendues de part et d’autre du virage où l’on peut voir des pompiers éteindre l’incendie : génial d’inventivité!

Sur l’engagement, les Rajawis perdent le ballon bêtement et laisse filer l’attaquant adverse qui file au but pour donner 2 buts d’avance aux locaux : 58è minute, 3/1.

Énorme coup de massue pour les Rajawis, comme un gros mongole je filme l’animation dans le virage nord et me fait embrouiller de fouuuuuu par ma tribune. Heureusement une petite leur expliquera que je ne sais pas, que je ne suis pas d’ici. Je range mon téléphone et me sens trop mal, comme un gosse ayant fait une grosse bêtise.

73è, le Wydad prend un avantage définitif en marquant le 4è but. Le Raja est amorphe, la Curva Sud ne chante plus, les joueurs sont physiquement marqué : ça peut finir en humiliation cette histoire. 

Les Winners sortent des pots de fumée multicolores pour un magnifique rendu.

Alors que l’espoir n’existe même plus, les visiteurs reviennent au score la minute qui suit. 

4/2, il reste 15mn à jouer. une banderole qui ne serait pas appréciée par la la bonne vieille Marlène est sortie, mais ça risque d’être un jeu juste les frérots, vous n’êtes pas spécialement dangereux.

Certains visiteurs commencent à se lever, pour se mettre aux portes du stade, n’y croyant plus du tout à la 88è minute quand un pénalty est sifflé pour les Verts. Le virage explose mais calmi les mecs, le péno n’est pas marqué et quand bien même, il reste 2mn à jouer.

Avec ses grosses balloches, Moutouali inscrit une très jolie panenka, devant ses supporters, avant de courir récupérer le ballon dans les cages. Une bagarre éclate avec le gardien Wydadi qui cherche bien entendu à gagner du temps. L’arbitre intervient mais ça part en générale, ça monte en pression, les Wydadis sentent sûrement qu’il faut casser le rythme à ce moment du match mais… ça ne suffira pas!

L’échauffourée dure plusieurs minutes, il ne reste plus beaucoup de temps mais l’espoir est revenu! La partie Sud du stade est littéralement en fusion, la chair de poule!

Alors qu’il ne reste qu’une poignée de seconde à jouer, un bel échange sur le côté droit de l’attaque du RCA contraint les locaux à commettre une faute à l’entrée de la surface, quasiment sur la ligne de but, pour un mini corner qui sera probablement la dernière occasion du match. 

Allez mes petits, c’est maintenant bordel! Je veux voir le stade tremblé sous un giga séisme! 

Tous les joueurs sauf le gardien sont dans la surface, l’arbitre met un peu d’ordre dans la surface, il s’apprête à siffler. Le tireur se met en place, il s’élance et à l’instar d’un Thiago Silva des grands soirs à Stamford Bridge, Malango Ngita s’élève plus haut que tout le monde pour placer une magnifique tête décroisée qui trompe le gardien : BADABOOM, c’est un délire total dans le stade, un vieil homme qui était assis à côté de moi jette ses béquilles je ne sais pas trop où, il me saute dessus et m’embrasse (putain pourquoi c’est pas les petites qui étaient juste derrière là?), des supporters commencent à descendre sur la piste, c’est du grand n’importe quoi mais c’est GIGANTESQUE! 

A peine remis de ce chaos, l’arbitre siffle le coup d’envoi, puis met rapidement un terme à ce match épique. Les Rajawis envahissent le terrain, la scène est incroyable. Les flics, dépassés, mettent des énormes coups de matraque à quiconque s’approche un peu trop près d’eux. 

Alors que la scène de liesse dure plusieurs minutes, je sens qu’un truc louche se trame dans le virage nord. Les Winners commencent à descendre sur la piste, ça peut dégénérer à tout moment. 

Le temps de se mettre en place, ils font une très impressionnante charge sur vers le virage sud, la panique commence à s’installer on se demande si cette histoire ne va pas très mal finir. Au final, la charge est contenue, je sors du stade mais ça me semble compliqué de rejoindre Sou devant le virage nord, j’opte donc pour rejoindre Manal ❤️ qui m’attend à l’Artiste, un restaurant branché qui se situe pas loin du stade.

Dans la rue, des taxis très largement surchargés font des navettes, les scènes de joie continuent, la fête est totale.

Alors que le match est terminé depuis plus d’une heure, je ressens encore l’adrénaline du match.

Il est 4h du mat, il est temps de rentrer à l’hôtel pour récupérer mes affaires, mon train pour l’aéroport est dans 1h!

Casablanca, tu es merveilleuse, je reviendrai pour sûr!

Au final, où se situe cette aventure dans mon “top”?

Tout en haut, clairement. Je ne parle que de ça depuis que je suis rentré, au bureau, à mes potes, partout. C’était vraiment incroyable. D’un point de vue tribunes, c’est bien au-dessus de ce que j’ai pu vivre en Turquie ou en Grèce. A Rosario, j’ai vécu un match incroyable, accentué par une aventure humaine incroyable. Mais j’ai peur que mes prochaines sorties au stade me paraissent fades après ce périple marocain.

Je remercie les Green Boys et les Winners pour l’utilisation de photos 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *