Sinobo Stadium

Visité

Slavia Prague – Sparta Prague

Slavia Prague – Sparta Prague

Slavia Prague - Sparta Prague

30€
6.9

Le stade

8.0/10

Le football

5.5/10

L'atmosphère

6.0/10

La ville

7.5/10

L'expérience groundhopping

7.5/10

Pros

  • Stade moderne proportionné au Slavia.
  • La réaction du public sur un but.
  • Le tifo et ses références hooligans.

Cons

  • Match finalement sans enjeu.
  • Le boycott des ultras du Sparta ?!?
  • = Ambiance de derby imperceptible.

Quelle chance que d’être tombée sur un week-end de derby. Je n’étais pour autant pas assuré de m’y rendre. En effet, ce derby n’est généralement pas vendu au grand public (historiquement toujours sold-out). Les deux clubs de Prague possèdent des stades de 20 000 places qu’il est donc relativement aisé de remplir pour des gros matchs nationaux (Viktoria Plzen ou Sparta) ou des matchs européens. J’ai été aidé par un fan local que je remercie pour les tickets et les infos sur l’activité des tribunes.

Finalement, quelques places auront quand même terminées en vente générale. Le Slavia devait disputer sur cette dernière journée le titre national avec le Viktoria Plzen mais un match nul dans la semaine leur a définitivement fait perdre le titre. Ce derby n’avait donc plus d’enjeu. Mais au moins où on y sera.

Le stade de Strahov

Mais avant le derby, passage obligatoire dans un stade culte de Prague : le stade de Strahov.

On peut monter au stade en traversant le parc Petrin. Du haut de la colline, un bon panorama de la ville de Prague, et surtout le stade ! Le stade de Strahov est l’un des 3 plus grands sportifs au Monde. Ça vaut la peine d’être vu : 8 terrains de foot collées et des tribunes qui permettraient d’accueillir + de 200 000 personnes ! Derrière ce concept de 1926 aussi fou qu’il est devenu “inutile”, l’entretien du stade a clairement été abandonné. On ne devrait pas le dire : pour notre plus grand plaisir. C’est une œuvre d’art de l’extérieur. Et même de l’intérieur, le petit bar et les tables avec vue sur les terrains font leur effet. C’est facile de passer un moment agréable ici.

Vous me direz, pour voir quoi ? Les équipes de jeunes du Sparta par exemple. Le club y a certains de ses bureaux (avec une belle devanture) et toutes ses équipes de jeunes utilisent ce stade. Les -18 suivaient un match des -16 dans notre cas. D’autres matchs (Equipe B du Sparta) jouaient également le samedi. Vous pouvez retrouver le calendrier des matchs de toutes ces équipes sur le site officiel.

Vous pouvez retrouver de plus amples informations sur l’Histoire de ce stade chez footballski : L’étrange Velky Strahovsky Stadion de Prague.

Le stade du Slavia

D’un stade à un autre, nous revoilà à parler du Slavia et de son stade de l’Eden Arena (ou Sinobo Stadium). Construit en 2006, on prend autant de plaisir à se balader autour malgré les quelques commerces qu’il abrite. Déjà, la devanture principale qui remémore l’Histoire et quelques Légendes du club, c’est beau. Plus surprenant, pour la première fois j’ai vu une boutique tenue par un groupe ultra, au sein même du stade. Même si vous êtes un touriste, vous pouvez donc y faire librement vos achats parmi une grande variété de produits : du merchandising “UEFA MAFIA”, anti-Sparta et même des cagoules aux motifs évocateurs. Original ! De l’autre côté, le mur de la seconde latérale est recouvert d’affiches du club et de graffitis. Pour le grand public, il y’a même une petite zone avec des animations. C’est pas mal.

De l’intérieur, le stade est tout aussi propre. Avec une capacité ajustée aux réels besoins du club, où qu’on soit on a des places avec une excellente vue sur le terrain.

L’atmosphère

Les fans du Slavia étaient moins à la fête qu’espéré après la perte du titre. Néanmoins, les tribunes restent quasi pleines (affluence officielle de 18 131 spectateurs). Mais quelle ne fut pas ma surprise de constater que le parcage visiteur était quasi vide (environ 250 spectateurs) ?!? D’après mes infos, les supporters du Sparta auraient quelques problèmes avec leur Direction et les résultats du club. Autre raison possible, ils avaient déjà boycotté le derby deux ans plus tôt quand le Slavia y fêtait un titre de Champion. Le titre n’ayant été perdu qu’en milieu de semaine, on peut penser qu’un boycott avait déjà été décidé ? Avec seulement 200 personnes pour mettre l’ambiance en parcage, on n’allait clairement pas jeter notre regard sur eux pendant ce match.

Côté Slavia, l’ambiance est convenable. Disons qu’on aperçoit surtout les prémices de ce qui doit ressembler à des superbes ambiances dans un meilleur contexte. Par exemple, dans la seconde suivant un but, toute notre tribune se lève et fait tourner l’écharpe. Un réflexe qui est une habitude ici et qui témoigne en quelque sorte aussi de la passion des supporters. C’est un beau moment.

Dans le virage, sans virer à la folie, les ultras se font entendre pendant tout le match. On retiendra surtout les animations pyrotechniques et le tifo.

Étrangement, c’est à l’issue de la première mi-temps (après le sifflet) qu’on va avoir la seule grosse animation pyrotechnique du jour. Cela s’explique sans doute par la volonté d’éviter de nouvelles sanctions au club (le match aurait été arrêté).

Le tifo est lui une référence directe aux ultras/hooligans du Sparta. Il y’a quelques temps, une bagarre a eu lieu entre les hooligans des deux clubs devant un Burger King. Les hooligans du Sparta auraient fui comme l’illustre le dessin.

Le texte dit :  “Coupon 1 + 1 Gratuit [dessin] Fuite + Honte”.

A droite, un hooligan apeuré du Sparta dit : “Je ne suis plus un hooligan du Sparta”.

En dessous, la banderole fait référence à un proverbe :

Si vous avez peur, n’allez pas dans les bois.” devient “Si vous avez peur, n’allez pas dans un restaurant de Burger”.

C’est bien trouvé, non ? Pour reprendre les propos de mon contact du Slavia, c’est le meilleur moment du match. Car pour lui, ce derby est finalement l’un des plus décevants qu’il ait pu voir en ambiance. Et en plus, c’est dans une défaite 2-1 (sacré coup de canon sur le coup-franc direct du second but). On aurait été surpris de l’entendre dire le contraire. La présence d’un parcage visiteur complet aurait pourtant pu suffire à mon bonheur. Mais en l’état, on a ressenti le potentiel des tribunes mais il est difficile de s’en satisfaire. Ça donne donc envie de revenir, pourquoi pas à la Generali Arena ce coup-ci ?

L’expérience groundhopping

Grosse satisfaction malgré tout dans ce week-end avec des stades uniques à Prague : les 3 que j’ai pu faire ce week-end sont chacun mémorable. La ville en vaut la peine également. Et j’en ai pas parlé mais la République Tchèque c’est aussi l’une des plus grandes Ligues du Monde en hockey sur glace (l’Extraliga) avec d’excellentes affluences (+ 5 000 de moyenne) dont les meilleures à Pardubice (+7000), Prague, Liberec, Ostrava.

Familiarisé aux parcages pour suivre le FC Nantes, un stage sur Liverpool, mon autre club de coeur, a développé ma passion pour le groundhopping en 2016. Cofondateur au-stade.fr.
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Lost Password

Sign Up

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x