Menu Fermer

Servette FC – FC Zurich

Servette FC - FC Zurich

Tribune Nord 23 chf
7.8

Le stade

8.1/10

Le football

8.1/10

L'atmosphère

7.6/10

L'expérience groundhopping

7.5/10

Pros

  • Un très beau stade de l'intérieur.
  • Un club en phase ascendante et à l'écoute des fans.
  • Bonne ambiance en virage. Et je peux chanter en français !
  • Gros parcage zurichois comme d'hab.
  • 4-1 dont les 3 derniers buts de notre côté.

Cons

  • Un stade trop vide et qui mérite mieux.

Depuis le temps que je disais vouloir assister à un match, j’ai enfin été à mon premier match du Servette FC ce 16 février pour les voir affronter le FC Zurich. Expatrié nantais en Rhône-Alpes depuis deux ans, Genève ne se retrouve plus qu’à un peu plus d’une heure de chez moi. Mais faute d’un budget « serré » avec mes programmes groundhopping déjà bien chargés, j’avais jusque-là toujours repoussé la date de ma première pour le club romand. 

Pourtant, j’ai vraiment une attente envers le Servette FC car la proximité et la langue fait que j’aimerais vivre ça au moins occasionnellement comme un supporter. Je suis depuis plusieurs années en grève pour mon club de cœur français le FC Nantes et je n’ai donc pas chanté en français depuis plusieurs années (et hors de question d’encourager l’OL) ! Supporter un club francophone sans faire injure au FC Nantes ne me déplairait donc pas… Pour info aux Servettiens qui l’ignoreraient, le président du FC Nantes Waldemar Kita est celui qui aurait participé à la faillite de votre rival honni du Lausanne-Sport (1998-2001 et faillite en 2002). Donc peut-être un grand Monsieur pour vous mais pas pour moi.

Bref, l’occasion de voir le Servette est enfin là. Le match se dispute le dimanche à 16h donc cela permet encore de prendre le dernier TER retour vers Lyon contrairement aux matchs du samedi. Puis j’avais quelques chèques ANCV à utiliser pour le train donc ça tombait bien.

La popularité du sport (hockey, foot) à Genève

Avant d’en dire plus j’ai quand même envie de mentionner aux groundhoppers que la ville de Genève possède également un club de hockey dans l’élite : le Genève Servette HC. En plus, ça a l’air de super bien fonctionner pour eux ces temps-ci. Personnellement, j’ai déjà fait un match à domicile et deux matchs à l’extérieur quand l’équipe se portait moins bien et c’était déjà bien cool. Il y’a un groupe de supporters motivé. En terme de popularité, on va le voir tout à l’heure, mais je ne saurais véritablement en placer l’un devant l’autre du côté. Les deux abritent à peu près autant de spectateurs à chaque match (autour des 6 000 – 7 000). Genève ne semble globalement pas abriter la plus énorme passion sportive du pays. C’est sans doute lié à sa position économique (beaucoup de frontaliers et étrangers qui viennent à Genève pour le travail) ? Corrigez-moi si je dis de la merde.

Néanmoins je vois via les réseaux que le club est à l’écoute des fans pour améliorer l’accueil au stade, etc. J’observe ça de loin mais j’ai l’impression qu’ils font les choses biens même si la passion tarde à revenir. Il faut dire que le club a trop longtemps végété dans les divisions inférieures. Et qui veut regarder de la Challenge League ? Le club n’est revenu que cette saison en Super League et il occupe déjà des bons rôles (4ème avec la 3ème place à portée) et en étant surtout à 18 points du barragiste.

Le stade

J’arrive en tout cas deux heures avant le match au stade à pied. Depuis la gare, on a environ 50 minutes de marche mais bon ça se fait surtout si vous faites un stop pour manger. Je suis tombé sur des graffitis de la Section Grenats, seul groupe de supporters du SFC, devant lesquels je ne serais pas tomber en allant au stade en tram. Privilégiez toujours de marcher, on ne sait jamais sur quoi on va tomber !

Le stade en revanche, je l’avais déjà fait cet été quand Liverpool est venu jouer un match de pré-saison. C’était l’occasion de voir le stade plein, ce qui n’a aucune chance d’arriver avec le club résident. Aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur, j’aime vraiment bien ce stade. Comme celui du FC Zurich d’ailleurs mais à son avantage le stade de Genève n’a pas de piste d’athlétisme. Et contrairement aux autres grands clubs suisses, le stade n’a pas pour autre utilité d’être un centre commercial. Celui-ci existe bien mais il est à côté du stade.

Les coursives du stade sont également de qualité, avec beaucoup d’espace, des stickers partout dans les toilettes et des superbes graffitis à la gloire du club côté Virage Nord.

Depuis mon dernier passage, les sièges du stade sont en cours de rénovation et c’est quasi terminé comme vous pouvez le voir sur les photos. Des belles couleurs grenats qui donnent un plus bel aspect encore au stade, sans oublier le paysage naturel avec ces montagnes visibles depuis la tribune. Ils ont même dégagé les sièges devant le virage pour laisser l’espace aux ultras. C’est franchement cool et ça fait écho à ce que je disais sur le club qui écoute les réclamations.  Je rappelle que je suis supporteur de Nantes à l’origine donc les bonnes relations entre un club et son public sont des notions abstraites pour moi.  Franchement, je l’aime vraiment bien. Les tribunes sont proches du terrain pour donner un aspect très compact mais suffisamment arrondi aussi pour lui donner de belles formes. Les légères courbes du toit participent à ce sentiment positif. On pourrait imaginer facilement une ambiance surchauffée dans un tel stade. Mais c’est justement ce qu’il manque indubitablement, un stade plein…

L’atmosphère

Je me suis placé en bas de virage, dans les premiers sièges derrière les ultras. La partie active du Kop occupe environ l’espace des 10 premiers rangs donc j’étais pratiquement à la limite mais les gens restent encore debout pour quelques rangs supplémentaires. Mon objectif comme dit en début d’article était plutôt de vivre ça comme un supporter, pour me changer des groundhopping avec des chants en italiens, allemands et autres langues que je ne maitrise pas.

Une petite animation peu ambitieuse mais sympathique était prévue à l’entrée des joueurs à base de miettes de papiers, papiers toilettes, etc.

Relativement au nombre de supporters actifs, on a aussi une bonne activité en terme de drapeaux durant tout le match.

Les chants sont également permanents du début à la fin du match, avec une assez bonne variété même si ça manque peut-être d’un temps fort. Après quelques matchs, je parlerais peut-être d’une certaine monotonie qui s’installerait. A vérifier. Mais pour une première j’ai pu pu agréablement les suivre pendant tout le match et ça faisait plaisir ! Bon, sauf le « Aux Armes » qui m’est personnellement trop connoté marseillais. Je ne suis donc pas fan mais c’est pourtant le rare chant repris par une partie de la latérale (sans doute des gosses).

En face, comme toujours on a un gros parcage du FC Zurich. Dans un sens, ça m’a l’air d’être un cas un peu identique au Servette d’ailleurs selon ce que j’en vois sur les photos des réseaux sociaux : c’est-à-dire qu’à domicile on peut estimer que « personne » ne va au stade mais la part occupée par les ultras et « sympathisants » est tellement importante (vulgairement je dirais ¼ du stade pour le Servette et 1/3 pour le FC Zurich) que ça donne toujours des bons parcages à l’extérieur. C’est particulièrement le cas avec le FCZ, sans doute les plus fidèles avec le FC Bâle et Young Boys.

Étant néanmoins dans l’ambiance Home, je n’ai pas trop prêté attention au parcage même si il a pu se faire entendre. Pas de pyrotechnie aujourd’hui sauf sur l’égalisation. Elle n’a pas eu le temps de se dissiper dans l’air que le Servette avait repris l’avantage.

Le match

Ce n’est pas la partie qui m’intéresse le plus et je ne connais même pas les joueurs mais c’est clair que c’était un bon match. Un premier but du Servette, une égalisation du FCZ pour relancer l’intérêt et enfin 3 autres buts en seconde mi-temps devant notre tribune avec les célébrations de certains joueurs, embrassant le blason ou haranguant la foule. J’ai eu de la chance je pense car si j’ai bien compris ce n’était pas prévu que les deux attaquants grenats Kyei (1x) et Koné (3x) claquent 4 buts. Ce ne sont pas leur standard habituel au contraire des performances du milieu bosnien Stevanovic affublé du numéro 9 (c’est perturbant) dont la question est même posée par le journal lematin.ch : Est-il le meilleur joueur du championnat ? (il est largement leader du sondage).

L’expérience groundhopping

Une excellente expérience donc pour ce match du Servette qui correspond à mes attentes. J’y retournerai avec motivation pour les supporter quand mon programme le permettra même si je préfèrerais le faire à l’extérieur (un FC Sion – Servette FC ça fait envie) mais c’est plus compliqué économiquement depuis la France.

Puis comme ça a été écrit en début d’article, si vous venez de loin il faut prolonger le week-end avec le club de hockey qui ne joue jamais l’après-midi (les matchs sont régulièrement vendredi ou samedi soir). Y’a de quoi en tirer deux bonnes expériences pour environ 20€ la place (les prix sont fixes sur la saison) en virage que ce soit foot ou hockey. Mais au final plutôt que des groundhoppers ce sont bien de fans servettiens dont le club a besoin pour poursuivre son embellie depuis quelques saisons.

Stade
Ville
Ambiance
Summary
Co-fondateur et rédacteur | Website

Familiarisé aux parcages pour suivre le FC Nantes, un stage sur Liverpool, mon autre club de coeur, a développé ma passion pour le groundhopping en 2016. Cofondateur au-stade.fr.

3 Comments

  1. Benjamin

    Hello, pour les déplacements tu peux te rendre à Genève et ensuite prendre un train spécial supporter qui sont souvent organisé pour les gros match (FCB, YB, Sion)

     
  2. Romain Guilbault
    Romain Guilbault

    Bonjour,

    Oui j’avais l’information mais ça peut être justement cher y compris par ces trains spéciaux surtout que je viens déjà de France. Donc ça fait des contraintes importantes mais au final je vais à Sion – Servette par ce train spécial !

     
  3. Julian Karembeu

    Le stade

    8.5

    Le football

    8.5

    L'atmosphère

    8

    L'expérience groundhopping

    7.5

    Sympa cet article merci !

    S’il est vrai que le Servette a connu des heures sombres depuis près de vingt ans, l’arrivée de la Fondation 1890 a fait renaître le SFC de ses cendres.

    Avec des dirigeants compétents, Servette va enfin pouvoir retrouver la lumière. Si le public a encore du mal à revenir au stade, nul doute que celui-ci reviendra régulièrement, c’est une question de temps 😏.

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *