Vozdovac – Partizan

Vozdovac – Partizan

Vozdovac – Partizan

Tribune Zapad (Ouest) 4€30
7.2

Le stade

6.5/10

Le football

6.0/10

L'atmosphère

6.5/10

La ville

9.0/10

L'expérience groundhopping

8.0/10

Pros

  • Stade original.
  • L'escalier pour y accéder, interminable mais drôle.
  • Proximité avec la pelouse.

Cons

  • Plus de la moitié du stade fermé.
  • Les nombreux poteaux en plein milieu de la tribune..
  • La billetterie n'est pas clairement visible.

Introduction

Célèbre grâce à sa situation particulière (sur le toit d’un centre commercial), le Stadion Shopping Center était une de mes priorités en Serbie. Présent à Belgrade lors des deux dernières journées de championnat de la saison, Vozdovac jouait un match à domicile et contre le Partizan, ce qui garantissait un minimum d’ambiance. Aller au match était donc une obligation pour moi. La rencontre est initialement programmé un lundi à 16h30. Initialement car tout ne va pas se passer comme prévu.

La journée avait débuté par un match de Sprska Liga (troisième division serbe) à 12h, derrière les Bloks de Novi Beograd, entre Studentski Grad et Prva Iskra Baric. Les « locaux » disputaient leur match au Stadion FK Bezanija, qui n’est pas le leur. Sûrement à cause d’un problème d’infrastructures, ce qui est courant en Serbie. Ce qui tombait bien car j’avais aussi fait de ce stade une de mes priorités, grâce notamment à son cadre entre tours bétonnées, église et colline. L’entrée était libre et gratuite, 4 buts marqués, on partait sur de bonnes bases.

Direction ensuite la Stadion Shopping Center en bus (merci moovit), bien en avance pour être sûr d’avoir une place. Le Partizan étant le Partizan et ayant de nombreux supporters, j’ai préféré assurer le coup en arrivant tôt et être sûr d’avoir un billet. Surtout que le stade est petit et aucune information n’était disponible sur la billetterie. Je demande où est situé cette dernière au point info du centre commercial qui m’indique la sortie du parking. En effet, il s’agissait d’un petit Algeco à l’endroit mentionné, pas très visible si on n’est pas au courant qu’il s’agit du point de vente, on passerait devant sans y prêter attention. Sauf que surprise, il ferme ses portes quand j’arrive. Après plusieurs minutes, la raison est connue : il y a une alerte à la bombe dans le centre commercial, qui est évacué.

Les alertes à la bombe étaient très courantes en Serbie à ce moment-là. Le même jour (ou la veille), une centaine d’écoles de Belgrade ont-elles aussi eu une alerte à la bombe, tout comme d’autres centres commerciaux par exemple, pour aucune explosion. On savait donc que c’était bidon, mais la sécurité est la priorité absolue et tout a été fouillé. Au bout d’une heure et demie environ, rien n’a été trouvé et le centre réouvre ses portes, tout comme la billetterie. J’achète ma place pour 500 dinars (un peu plus que 4 Euros) dans la tribune principale (la seule ouverte au public, hors parcage visiteur et ultras locaux), le match est reprogrammé à 20H30 mais aura bien lieu.

La ville

Je ne suis pas objectif car Belgrade est une ville que j’adore, sûrement une de mes préférées, si ce n’est ma préférée. L’ambiance est sympa, on y mange et bois bien comme partout en Serbie, le mélange entre bâtiments historiques, communistes et modernes est toujours aussi surprenant, on s’y sent en sécurité, je ne me lasse pas. Et puis quand on est fan de football et de groundhopping, il y a tellement de choses à voir et à faire. Ce qui est valable pour le sport en général.

Le stade

J’ai pu donc observer le stade lors de la fermeture du centre, de l’extérieur. Rien de particulier car on ne voit pas grand-chose et il n’a rien d’extravagant, à part le fait d’être situé à environ 20 mètres du sol.

Pour accéder au stade à proprement parler, il nous a fallu emprunter un escalier interminable, mais ça nous a permis de bruler les calories ingurgitées avant (il y avait pas mal). Les fouilles se réalisent à la sortie des marches, côté tribunes et terrain.

A l’intérieur, rien d’exceptionnel non plus. Le stade est classique, rectangulaire, les tribunes sont légèrement en hauteur par rapport à la pelouse et très proches de cette dernière. C’est un bon point car c’est toujours sympa d’être proche du jeu. De plus, les bancs pour le staff et les joueurs sont légèrement sous la tribune, ce qui est sympa. En revanche, les poteaux situés partout sous le toit gâchent vraiment la vue, il vaut mieux être en dessous de ces derniers (qui commencent à mi-hauteur des gradins) pour bien voir, ce qui était mon cas. De plus, pour apparemment des raisons de sécurité, la latérale d’en face était fermée au public, tout comme la partie du virage à côté du parcage visiteur. Ce qui est le cas de tous les matchs de Vozdovac à domicile. C’est dommage car ça donne une impression de stade vide et ça gâche sûrement l’ambiance, surtout lors des matchs contre les deux géants de Belgrade. Les ultras de Vozdovac ont eux une moitié de virage réservée, ils ne sont qu’une dizaine mais sont très bruyants pour leur nombre.

Petite anecdote, l’entrée au stade ne se fait donc pas par des portes classiques, mais par des « tours » (kula) qui abritent les fameux escaliers.

L’atmosphère

Le parcage des Grobari (ultras du Partizan) a mis de l’ambiance tout le long du match. Bâches, drapeaux, chants incessants, chorégraphie et pyrotechnie en début de seconde période. De quoi animer le stade pendant 90 minutes.

En face, une vingtaine d’Invalidi (ultras de Vozdovac), qui ont plus été actifs en première période qu’en seconde, probablement à cause du résultat. Une bâche, des chants et une puissance vocale parfois assez impressionnante vu le nombre d’individus.

L’ambiance générale du match était sympa, bien qu’il ne fallait pas attendre grand-chose de la latérale comme souvent.

Le football

Rien de très intéressant sur le terrain, une attaque défense par période. En faveur du Partizan pour la première, qui a marqué ses deux premiers buts sur penalty et a été peu inquiété par Vozdovac, pourtant dans le top 5 du classement. En seconde période, ce sont ces derniers qui se sont montrés plus dangereux sans vraiment l’être, le Partizan gardant solidement le score. Ils l’ont même alourdi à 3-0 sur corner, Vozdovac ayant du mal à percer leur bloc et encore plus à marquer. Si le spectacle n’était pas vraiment au rendez-vous, on a quand même vu trois buts.

L’expérience Groundhopping

Un stade original, une ambiance sympa, trois buts, l’expérience en général est bonne. Même si tout n’est pas parfait, ce stade est un incontournable à Belgrade, principalement grâce à sa conception et à sa situation. Je vous conseille d’y aller quand un des deux géants de Belgrade y joue, ou quand un club avec un groupe d’ultras important s’y déplace (Radnicki Kragujevac, Vojvodina Novi Sad) pour plus d’ambiance.

Même si l’alerte à la bombe a décalé le match et eu un impact presque certain sur l’affluence et la prestation des deux équipes, ça fait des souvenirs et une histoire avec une fin bien heureusement favorable à raconter.

De plus, le premier match de la journée à Novi Beograd était lui aussi sympa, avec là-aussi des buts (bien que le niveau n’était pas exceptionnel) et un stade bien sympathique. Belgrade est définitivement une ville qui a tout pour plaire aux groundhoppers.

Je traite toute l'actualité du club sur twitter, facebook et instragam. Je fais aussi des comptes rendus de mes matchs de l'Etoile Rouge ici !
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Lost Password

Sign Up

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x