Menu Fermer

Nice – Bastia

Tout d’abord, il convient de signaler que je suis supporter de l’OGCNice depuis maintenant bientôt 11 ans, c’est mieux de le signaler car il se peut que je ne sois pas objectif.

Ensuite, il faut d’abord remettre le contexte du match pour bien comprendre comment on en est arrivés la :

Il existe une forte rivalité entre Nice et Bastia depuis maintenant 40 ans (violences, bombes, aucun mort cependant juste un pompier qui a perdu une main à cause d’une bombe agricole, mais c’est à cause des bastais qu’une tribune latérale du Ray est restée en pré-fabriqué pendant une quinzaine d’années, voir cette vidéo édifiante au port de Nice en 2003 : https://www.youtube.com/watch?v=8ALQLHy9RjA ), le match est quasiment exclusivement classé “A hauts risques”.

Les supporters (exclusivement niçois, les bastiais étant interdits de déplacement) ne montrent pas d’animosité particulière, fumigènes, drapeaux de la BSN, association dissoute et interdite par le gouvernement, une banderole “LFP FDP”, des “Bastia merda”, des “l’arbitre on t’enc***”, des sifflets sur les cartons jaunes et sur les gains de temps, un match banal pourrait-on dire.

Le match en lui-même : La première mi-temps n’est pas loin d’être une purge, Bastia joue en 4-1-4-1 avec un false 6 (en 5-5-0 donc) et ferme tout le jeu, Nice n’arrive pas à passer. En fin de 1re MT, Niklas Hult sort sur blessure, après s’être pris un énième coup de coude dans la tête, simple carton jaune, de quoi énerver les spectateurs. Pour la 2ème mi-temps, c’est simple : Bastia marque un but sur une erreur défensive, puis ferme encore plus le jeu en se roulant par terre à chaque contact, Nice pousse mais n’arrive pas à égaliser. Les stats du match sont édifiantes : 67% de possession niçoise, 19 tirs pour 4 cadrés, 7 corners, face à 3 tirs 1 cadré (le but). Le match se termine sur un contact litigieux à l’entrée de la surface.

Crédits : sports.fr
Crédits : sports.fr

C’est alors que surviennent les événements. Jean-Louis Leca, l’éternel gardien remplaçant bastiais décide de sortir le drapeau corse [1] pour aller célébrer devant (ou du moins en direction de) la Populaire Sud, les Ultras niçois. Didier Digard, qui a sûrement vu ce qu’il s’est passé lors du dernier Serbie – Albanie, se dirige alors vers Leca pour lui demander de ne pas envenimer la situation, le public étant déjà bien échaudé par le match. Le corse n’étant pas trop d’accord, il répond probablement avec des insultes envers le capitaine niçois. d’autres joueurs corses viennent se mêler à la discussion et commencent alors à partir des coups de poings vers les niçois, qui répondent pour les plus violents d’entre eux (on se doute bien que c’est pas Bodmer, Bauthéac ou Mendy qui vont se lancer dans une baston générale). Les stadiers eux, formaient un cordon de sécurité en bas des tribunes, car il faut rappeler que l’Allianz Riviera n’a pas de grillage et qu’un barrière d’un mètre de haut sépare la pelouse des spectateurs. Vu que Mr. Saïd Enjimmi était déjà rentré aux vestiaires, les hommes en fluo sont alors allés stopper la bagarre qui avait lieu au milieu du terrain. Grosse erreur, en voyant ces trous dans le système de sécurité, les supporters les plus chauds et les plus agiles vont aider leurs joueurs à se défendre (bon, j’avoue que la c’est vraiment pas objectif). Les stadiers en poste lâchent … leur poste, le reste est de l’effet boule de neige.

Tandis que les joueurs bastiais rentraient au vestiaire en courant, sans doute par peur de recevoir du Coca au visage lancé par les dangereux hooligans niçois de 6 ans assis en loges, les supporters rentraient sur le terrain sans même une petite opposition de la securité. En Populaire Sud, au 2ème anneau, ça rigole, ça chambre la police, ça chante. Pas moi. Je dois avouer qu’à partir de ce moment-la j’étais un petit peu abasourdi, ou affligé par ce que je voyais. Je pensais aux conséquences désastreuses qui allaient arriver. Pourtant, il faut bien avouer que 80% des spectateurs rentrés sur la pelouse, voir plus, étaient juste la pour le kiff que cela procure d’être sur le terrain. Dans le rond central, Eric Bauthéac était le seul joueur restant sur le terrain, vu qu’il ne pouvait pas rentrer au vestiaire bloqué par la sécurité et par les supporters qui essaient de rentrer eux aussi. Avec quelques supporters qui le réconfortaient, ils étaient assis en rond et discutaient, comme un moment de poésie au milieu de l’anarchie [2]. Pour l’envahissement cela s’arrêtera à l’arrivée des CRS, sous les clameurs de la foule. Un étrange mélange d’euphorie pour le joyeux bordel, de tristesse pour la défaite, de consternation, et de culpabilité pour les sanctions à venir se mêlait dans le public.

Bilan : D’après le préfet des Alpes-Maritimes, aucune violence sur les policiers. On notera quand même qu’a eu lieu une quinzaine d’interpellations, vu que les stadiers les plus virulents se seraient “entretenus” avec des envahisseurs et auraient d’ailleurs été blessés.

La sanction on s’en doute tous : ce sera un match huis clos ferme minimum, une forte amende, et des interdictions de stade. Sans sanction depuis plus d’un an, Nice vient d’enchaîner en une semaine un huis clos partiel suite à l’usage de fumigènes contre Bordeaux et ce match de Samedi. Notons quand même que le huis clos aura lieu contre Reims probablement, au mois de Novembre. Si c’est pour réaliser la pire affluence du stade (15000 personnes contre Sochaux en Coupe de la Ligue l’an dernier), c’est pas vraiment dérangeant. On espère aussi une petite sanction contre Jean-Louis Leca, quand même à l’origine de cette affaire avec cette provocation inutile qui ne fait pas du bien au foot, et encore moins au foot français.

[1] Le préfet des Alpes-Maritimes avait interdit toute représentation d’un club corse ou même de la corse dans le département durant toute la journée de samedi. Ce à quoi le club corse a contre-attaqué en portant plainte. Victoire des corses, qui ont même reçu une compensation monétaire, dans le doute.

[2] “Anarchie” est d’ailleurs un bien grand mot. Comme je l’ai dit, aucune violence sur les policiers constatée. Quelques affrontements parsemés entre stadiers et supporters mais rien de plus. “Sans arme, ni haine, ni violence” de la part des envahisseurs pourrait-on dire, ironique pour des Niçois. La dispersion s’est faite assez vite même dans la panique. Cf. la partie avec Bauthéac.

En espérant que je rétablisse la vérité,

Antoine Sabatier alias Henri Death. TMTC.

PS : Le but bastiais, Mandanda l’aurait pas arrêté.

Stade
Ville
Ambiance
Summary

9 Comments

    • #22

      Des pauvres petits bastiais ont été agressés par une horde de gaulois voulant leur peau, et qu’encore une fois la Grande et Belle corse est opprimée par la méchante Gaule.
      Il semble évident que le seul coupable se nomme Bosetti.

      Élémentaire TLMSF

       
  1. Fronce Fatbool

    Etant membre de l’équipe de TLMSF mais surtout supporter du Sporting, je trouve que cet article ne reflète pas du tout les faits tel que j’ai eu l’occasion de les voir. C’est pour cela que j’ai demandé, en mon nom et au nom de mes amis supporters, un droit de réponse qui m’a été accordé.

     
    • Henri Death

      J’accepte totalement. Comme je l’ai dit, je ne suis quasiment pas objectif, c’est pour ca que j’ai jugé utile de préciser que je suis niçois (avec de fortes origines corses), mais visiblement c’était inutile. Je n’excuse pas le comportement des supporters niçois. Avec des “si” on peut tout faire, si nos attaquants savaient cadrer leurs tirs tout ça ne serait pas arrivé, mais les tribunes étaient très loin de dégénérer avant que Leca ne vienne agiter son drapeau.
      J’ai raconté les faits exactement comme je les ai vécu, d’où je les ai vécu. J’ai écrit l’article avant de voir les images au Canal Football Club.
      C’était une bagarre entre joueurs et stadiers et où la securité n’était plus assuré. L’organisation du match est a remettre en cause

       
  2. Ping :On n’a pas pu aller à Nice-Bastia - TLM S'En Foot

  3. Cyril Téhétéro

    Vu les différences observées entre le “scénario” bastiais et le “scénario” niçois, il y en a forcément au moins 1 des 2 des inepties, en toute objectivité.
    Ce qui est sûr, c’est que les supporters niçois ne sont pas les plus intelligents du monde (en toute objectivité).

     
  4. Jean-Jacques Pannier

    Cela
    ne sert à rien
    de polémiquer plus longtemps. Tout le monde à sa
    part de responsabilité dans cette affaire:
    J-L Leca n’avait pas à “chauffer”
    les joueurs et les supporteurs niçois.
    Ces derniers quant à eux
    (un tout petit parti, environ 80-100 sur 20 000) n’avais
    pas à envahir
    le terrain. Puis enfin le service de sécurité du stade qui a
    envenimé les choses, que. Chacun doit assumer sa part de
    responsabilité: J-L Leca doit
    être sanctionné (comme Bosetti pour
    avoir montré son tatouage aux supporteurs marseillais lors d’un
    match de coupe de France au vélodrome), Nice va
    vraisemblablement avoir de lourdes sanctions et les interdictions de
    stade vont fuser (ce
    qui est normal) et enfin le service de sécurité doit, soi
    être amélioré soi
    être changé, on ne peut pas se permettre d’avoir un chef de
    sécurité qui se batte avec les joueurs et les supporteurs.
    En
    espérant que ce débat stérile “c’est moi qui ais raison
    et les autres ont tord” soit clôt.

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *