Aller à la barre d’outils
Menu Fermer

FC Metz – Strasbourg

Stade
Ville
Ambiance
Summary

FC Metz - Strasbourg

20€ Tribune Est Haute
5.6

Le stade

6.5/10

Le football

2.0/10

L'atmosphère

6.5/10

La ville

6.0/10

L'expérience groundhopping

7.0/10

Pros

  • Un stade convenable et bien situé.
  • Deux kops, une animation continue.
  • Bon ressenti sur l'animosité envers Strasbourg.

Cons

  • Mais pas de parcage strasbourgeois...
  • Ni de football.
  • Stade en travaux.
  • On ne voit pas le kop depuis les tribunes hautes.

Des bons d’achats expirants sous le bras, il me fallait trouver impérativement des destinations en Ouibus pour ce début d’année. Le choix de la compagnie étant très faible, j’ai dû lorgner sur la France. J’ai beau en être résident, c’est un territoire que j’évite pourtant au maximum pour plusieurs raisons :

  1. La programmation est trop tardive pour m’organiser.
  2. Le spectacle en tribune est freiné par la Ligue, les arrêtés préfectoraux, etc.
  3. Je ne peux que rester « passif » en tribune car mon club c’est Nantes. Donc moins fun.
  4. Le niveau de football est dégueulasse.

Mais voilà, ce week-end je me retrouvais donc à aller voir le Football Club de Metz. Mais au moins, ce n’était pas n’importe quel match puisqu’ils affrontaient l’un de leurs ennemis : le Racing Club de Strasbourg. C’est mon premier match dans l’Est puisque je n’avais jusque-là pas non plus expérimenté Nancy, Strasbourg et autres clubs du coin. Malheureusement les supporters strasbourgeois n’allaient pas faire le déplacement. Le parcage ayant été limité à 300, ils ont refusé de s’y rendre.

La ville

J’ai voyagé de nuit pour arriver sur Metz en tout début de matinée et pas du tout frais. J’ai donc somnolé quelques heures ici et là. Ça me permet de dire qu’on a des bons endroits pour glander entre la gare routière et le centre commercial.

Je me suis quand même promené quelques heures dans Metz dont la principale attraction touristique est la Cathédrale Saint Etienne. J’ai aussi vu le Temple Neuf, le Marché Couvert, le Canal de la Moselle, etc. Donc finalement j’ai un peu vu les attractions essentielles. Rien de bien passionnant et en janvier ce n’est clairement pas le mois le plus emballant pour observer le Canal de la Moselle, etc.

Le stade

Le stade Saint-Symphorien a beau être officiellement à Longeville-lès-Metz, cela n’en reste pas moins un stade très accessible depuis le centre-ville de Metz : une vingtaine de minutes de marche et on y est.

Actuellement, le stade se compose de 4 tribunes séparées dont une latérale actuellement en travaux. Habituellement le rendu de ces stades sans uniformité peut être désagréable. J’ai pourtant bien aimé son rendu avec des tribunes proches du terrain et surtout très hautes. C’est néanmoins une contrainte puisque depuis le deuxième ou troisième niveau, on ne peut pas observer les ultras du niveau le plus bas. Même la conception des rangs/sièges est plutôt étonnante avec une hauteur entre le sol et le siège que je n’avais jamais vu ailleurs. Même dans une tribune compacte et peu large, cela reste donc confortable pour les jambes. Par contre, il n’y a aucune coursive au niveau des étages et vous devez donc redescendre tout en bas pour aller aux toilettes : plutôt contraignant.

L’atmosphère

Présent au stade un peu avant 19h, on a pu voir le cortège de chacun des deux groupes principaux ultras du FC Metz. Generation Grenat et Gruppa Metz tout d’abord dont les chants étaient plutôt orientés sur la haine de Strasbourg, puis les Horda Frenetik avec des chants pour le FC Metz.

En tribune, j’étais au-dessus des Horda Frenetik en Tribune Est et à côté du parcage resté vide. L’entrée des joueurs s’est faite par un tifo « bâche » classique côté Ouest (puis plus tard un hommage à un disparu), et un tifo avec des étendards représentant des légendes du club côté Est. Depuis ma place, je ne pouvais pas correctement voir le tifo de ma tribune basse. Le reste du stade avait des drapeaux à dispositions.

 

Vue sur le tifo depuis la Tribune Ouest, photo par @valoumetz :

Le rendu global était plutôt pas mal pour une affluence permettant de remplir convenablement les trois tribunes. Et si ce n’était pas totalement plein, c’est facilement explicable par les prix démentiels qui sont pratiqués par le club. J’avais un peu halluciné sur la billetterie avec très rapidement du +50€. Ou alors c’est moi qui voyait le FC Metz plus petit qu’il ne l’est réellement. Pour donner un ordre d’idée, au cours de ma vie je me suis rarement plus intéressé au FC Metz que l’on ne s’intéresse au TFC.

Bref, le FCM ne représente rien pour moi et donc jusque-là j’étais plutôt agréablement surpris par l’atmosphère. Déjà avoir deux groupes ultras qui se font entendre c’est très bien et suffisamment rare en France pour être souligné. Puis sur ce match le reste du public semblait « intéressé ». On pouvait ressentir la rivalité même si quelques strasbourgeois ont pu vivre le match et chambrer dans notre virage sans être emmerdé. Normalement, ça dégage ça !

Pendant le match, le virage des Generation Grenat semblaient avoir des animations/mouvements et chants plus variés que celui des Horda Frenetik. Ces derniers avaient cependant beaucoup plus de drapeaux et tenaient des chants plus longtemps mais donc d’une façon plus répétitive. C’est l’impression que j’ai en tout cas depuis ma place.

Le football

Vous vous douterez bien qu’on n’aborde ici pas la partie la plus réjouissante du jour. Evidemment que c’était un niveau de jeu catastrophique. D’habitude, on dirait que le niveau technique était pitoyable mais ce n’est pas ce que je mettrais le plus en évidence. Ce qui m’a vraiment surpris c’est le nombre de situations où les joueurs ne partagent pas du tout la même idée sur le terrain. C’est-à-dire qu’on a vu d’innombrables ballons lancés en profondeur tandis que le joueur visé allait dans le sens opposé, etc. Du coup on a des grosses hallucinations avec des ballons qui retombent sans un seul joueur à moins de 15-20 mètres.

C’était NUL. J’en ai fini plutôt par espérer voir Strasbourg en mettre un afin que le public bien agacé (ils venaient de perdre 3-0 contre Rouen, la honte) puisse s’énerver un peu plus. Mais finalement le FC Metz va réussir à donner un peu de joie aux supporters par l’unique but du match à la 68ème (J.Boye). Dans un match de ce niveau, l’issue est généralement le 0-0 donc je vais me satisfaire d’avoir au moins vu l’excitation des fans après un but.

L’expérience groundhopping

Et bien finalement, malgré un fastidieux A/R de 7h par trajet pour voir une équipe naze de Ligue 1, j’ai trouvé le stade et l’ambiance autour du FC Metz bonne pour un club dont je n’entends jamais parler malgré son historique. Ça se fait pour un derby. Et ça aurait pu être le feu si on avait eu la présence du parcage à mes côtés…

Co-fondateur et rédacteur | Website

Familiarisé aux parcages pour suivre le FC Nantes, un stage sur Liverpool, mon autre club de coeur, a développé ma passion pour le groundhopping en 2016. Cofondateur au-stade.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *