Menu Fermer

FC Barcelone – Liverpool FC : 1/2 finale de LdC en away

FC Barcelone - Liverpool FC : 1/2 finale de LdC en away

80€ (119€ prix officiel)
6.9

La ville

6.0/10

Le football

8.0/10

L'atmosphère

7.0/10

Le stade

6.0/10

L'expérience groundhopping

7.5/10

Pros

  • Atmosphère en avant-match,
  • dont la BOSS Session.
  • Belle maitrise du LFC.
  • Plus grand stade d'Europe, record d'affluence 18/19.
  • L'adulation pour Messi mémorable.

Cons

  • Stade vieillot surcôté.
  • Que d'idées mauvaises pour un tifo.
  • Mépris pour les visiteurs (prix et situation du parcage).
  • Ambiance du match assez vide.
  • Le score.

Introduction

Premier déplacement européen de la saison pour moi avec le Liverpool FC, le second après la finale de LdC à Kiev : le Camp Nou pour affronter le Barça en 1/2 finale Aller de Ligue des Champions. Ce tirage tombe bien, c’était la meilleure occasion de faire un jour ce stade sans m’y pointer en touriste, et d’enfin me faire un avis plus objectif sur ce pays, cette région, ce club et ce stade qui à l’origine m’horripile complétement.

En effet, pour x raisons je trouve que le Barça ont des “valeurs” (sic) impossibles à apprécier et défendre. Plus globalement, la Liga de l’extrémiste de droite Javier Tebas n’est pas en reste, ou encore le président de Catalogne et xénophobe Quim Torra. La proportion de ces gens hautains et racistes à faire la morale et faire croire qu’ils représentent la Sainteté face aux méchants étrangers (PSG, etc) est infamante. Le pire, c’est que globalement leur plan marche à merveille auprès des fans du club dans le Monde. Ces derniers se désintéressent trop facilement (et honteusement) du sujet. Être étranger et supporter le Barça, c’est un comble.

*l’auteur vomit une première fois avant de reprendre l’écriture*

Passons sinon sur les provocations et violences policières dont il est fait écho quasi systématiquement à chaque déplacement espagnol d’un club étranger et donc sur ce que j’ai finis par appeler tout simplement de la discrimination. Discrimination qui se retrouve en quelque sorte lorsque l’une des plus grandes puissances footballistiques mondiales avec un stade de 100 000 places est incapable d’offrir plus de 5 places pour les handicapés aux supporters visiteurs. Pas les mêmes droits ?

Les places en parcage à 120€ ? Les plus chères d’Europe, évidemment. Le placement tout en haut du stade derrière des vitres ? L’un des pires d’Europe. Si le soleil vient s’en mêler, vous ne voyez plus grand chose (pas mon cas ce jour). Tout semble opposer le modèle anglais qui favorise régulièrement les supporters visiteurs (places souvent moins chers que pour un fan Home) à ce modèle catalan. Le club Blaugrana se sera bien justifié en disant tout simplement faire payer la place au même prix que les prix les plus bas pour les supporters du Barça. Je sais pas si ce message doit nous rassurer ? Cela dit, avec des places en vente générale en moyenne autour des 300€ (ndlr : en vérité, les places à 120€ sont un prix d’appel ne concernant qu’une centaine de place) le stade était immédiatement complet. Soyons honnête : c’est sans doute aussi à contrebalancer avec les abonnements (beaucoup) moins chers qu’en Angleterre.

Liverpool a en tout cas imité le geste réalisé au préalable par Manchester United en surfacturant les fans du Barça au retour afin de réduire notre prix du billet d’une trentaine d’euros. C’est bien pour nous même si la réaction la plus intelligente aurait été de réduire les prix directement des deux côtés. Mais impossible de s’entendre avec le Barça. Au final, ça reste deux clubs riches qui se comportent comme si leur santé financière dépendait de 100 000€.

La ville

Bon, je me détends. Je suis arrivé sur Barcelone en bus en début de matinée avant le match. C’est la deuxième ville “espagnole” que je fais après Madrid (qu’on me protège de l’Espagne) donc j’aurai tendance à vouloir comparer avec l’Italie que je connais mieux. Du coup, ça me fait ressortir Barcelone comme une ville  à l’architecture plus quelconque encore que je ne l’aurais cru. Et je vais encore faire chier avec leur indépendance catalane car ils me font bien marrer. La ville est extrêmement mondialisée avec des commerces qu’on connait tous, aucun intérêt comme beaucoup de villes aujourd’hui mais surtout pas comme en Italie qui a gardé une identité forte dans de nombreuses villes. Je trouve que ça donne une perception étrange entre ce que Barcelone croit être et ce qu’elle me semble être. C’est un peu le même contraste que pour le club dominant de la ville : ça va te parler d’indépendance mais c’est pas prêt à quitter la Liga. Ça ne veut parler que catalan mais ça te sort des tifos en anglais pour monétiser au maximum leur club auprès des téléspectateurs étrangers. Insupportable. Sinon, à Barcelone y’a la mer, la plage et il faut chaud. Il parait que c’est pour ça que les touristes affluent dans cette ville de beaufs.

L’avant-match

Heureusement, dès le début d’après-midi on va pouvoir se retrouver entre fans de Liverpool. Je suis sauvé. Les fans se retrouveront majoritairement sur la Plaça Reial avec une ambiance variable, du plutôt calme au très sympathique. La French Branch a d’ailleurs énormément contribué aux chants sur la place, scouser ou pas l’implication est aussi grande si ce n’est plus. C’est beau. C’est génial de se retrouver avec autant de passionnés français, une trentaine sur ce déplacement. Je vous invite à suivre la chaine Allez Les Rouges TV pour en voir plus sur les déplacements, etc. Avant la fin de soirée, direction la salle/club du Razzmatazz où Jamie Webster (BOSS Night) termine de se produire.

C’est désormais une habitude, cet artiste chante à la gloire des Reds (voir ci-dessus ou ici pour la chanson sur Van Dijk) en reprenant divers chants qui mettent les fans en transe. J’étais très heureux car c’était la première fois que je voyais le show et retrouvais cette énorme excitation commune (1 000 personnes dans la salle) en dehors d’Anfield. Excellent.

Le Stade

Un peu moins d’une heure avant le match, on file au stade en une vingtaine de minutes de métro. Les supporters catalans semblent se pointer tout aussi tardivement dans les tribunes que les fans en Angleterre. Quand on aperçoit enfin le stade, je ne suis pas vraiment étonné : le stade est très ancien, laid, jamais rénové. Encore une fois, c’est étrange la perception de ce stade dans l’imaginaire des fans de foot. Pour des stades équivalents (Stadio Olimpico à Rome par exemple) on hésite moins à dire que ce sont des stades démodés, et qui contrairement aux vieux stades anglais ne dégagent aucune bonne atmosphère.

Avec l’argent généré par le club, c’est plutôt étonnant de ne voir qu’aucun effort n’est fait. C’est plus que vrai quand on voit la gueule des sièges et qu’en parallèle on pense aux prix qui montent à plus de 400€ la place. Le parcage, j’ai tellement lu d’horreur dessus que j’ai finis par ne pas en être déçu : je savais qu’on serait tout en haut du stade, avec des vitres (on comprend l’obligation sécuritaire). Avoir finalement vu sur le terrain m’a déjà bien contenté. Mais pour moi, les fans visiteurs devraient toujours être plus bas et en bloc comme il est merveilleusement coutume en Angleterre ! Pour le côté positif, c’est le plus grand stade d’Europe donc c’est au moins un point intéressant à voir même si ça ne m’a pas tellement épaté, sans doute dû à la forme circulaire du stade en plusieurs anneaux qui fait passer les 99 000 spectateurs de façon plutôt naturelle (aucun bloc “démesuré” comme à Dortmund, Kaiserslautern ou au nouveau White Hart Lane). Par contre la vue dégagée sur le ciel peut être belle.

L’atmosphère

Forcément, l’ambiance dans ce stade est plutôt morte des deux côtés. De notre côté, le parcage extrêmement large (quasiment l’équivalent de toute une latérale) n’aide pas à favoriser quoi que ce soit avec des petits chants lancés de différents endroits et suivis modérément (aucune chance d’être entendu dans tout les cas avec cette distance). Puis l’enjeu et la qualité du match favorise sans doute la concentration de chacun sur le terrain. Dans une telle configuration, le fait de n’avoir aucune organisation comme ça le serait avec un ou plusieurs capos de groupes ultras se paye.

Du côté Blaugrana, comme d’hab une belle leçon des choses à ne surtout pas imiter :

  • Révéler le tifo la veille du match en image de synthèse. P-O-U-R-Q-U-O-I ?!?
  • Faire un tifo en anglais quand on se prétend 100% catalan. P-O-U-R L’A-R-G-E-N-T.
  • Un message complétement con digne des banderoles PES.
  • Et toujours à peu près la même chose comme motif.
  • Déclencher le tifo avant l’entrée des joueurs et le ranger avant. (il sera refait un peu plus à l’arrache peu après leur entrée)

Cérébralement c’est exceptionnel qu’un “tifo” puisse être pensé avec autant de mauvaises idées cumulées par une si grande institution (sic).

Côté ambiance, évidemment on attend également le pire de ce stade, ça m’a épargné un sentiment négatif. Y’a quand même un petit Kop en bas de tribune, le reste du stade a très rarement repris un ou deux chants, c’est déjà ça. Non, je dirais que le côté quand même impressionnant c’est quand 90 000 fans se mettent à crier MESSI sur le troisième but. Puis à se prosterner pour lui. La personnification de Dieu et un sentiment incroyable qui doit habiter Messi à chaque fois qu’il entend ce bruit et voit 90 000 personnes prêtent à là lui sucer. C’est mérité.

Le match

Le match, vous l’avez vu et tout le monde en a eu la même conclusion : un match de très haut niveau avec un Liverpool très bon et irréprochable si seulement nous n’avions pas manqué d’efficacité. Le Barça a été beaucoup plus efficace et après y’a un argentin dans leur équipe qui décide ou non si il veut plier un match. Il est incroyable et ce sport ne cessera d’être injuste pour les autres tant qu’on aura CR7 et le lutin en activité. La déception n’est finalement pas si grande tellement je suis fier du niveau affiché de l’équipe. On a quand même joué le Barça chez lui, en 50/50 pour ne pas dire en maitrisant davantage le match qu’eux. C’est une performance tellement rare. Les supporters ne se tromperont pas non plus en quittant le stade en continuant de chanter à la gloire des Reds dans les interminables coursives du stade.

L’expérience groundhopping

L’expérience fut mémorable parce que je venais en tant que supporter du LFC et que j’aime mon club et ses fans. De façon plus objective sinon, au delà de mon désamour intégral pour le Barça, ce stade un peu surcoté ne mérite pas d’être un voyage prioritaire, à moins de souhaiter voir Messi une fois pour l’Histoire.

Stade
Ville
Ambiance
Summary
Co-fondateur et rédacteur | Website

Familiarisé aux parcages pour suivre le FC Nantes, un stage sur Liverpool, mon autre club de coeur, a développé ma passion pour le groundhopping en 2016. Cofondateur au-stade.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *