Menu Fermer

FC Wil-FC Winterthur

Au bord du terrain !
6

La ville

6.5/10

Le football

6.5/10

L'atmosphère

3.5/10

Le stade

7.5/10

L'expérience groundhopping

6.0/10

Pros

  • Stade facilement accessible depuis le centre-ville (10mins à pied)
  • Belle mobilisation des Löwen de Winterthur
  • Le sympathique mélange du Grüezi wohl, Frau Stirnimaa!, et J’adore Hardcore en guise de musique de but…

Cons

  • …contrastant avec l’affreux remix du YMCA à la sauce Wiloise au coup d’envoi
  • La performance des locaux et du parcage (forcément, avec le résultat…)
  • Le suspens tué en une mi-temps sur le terrain

Compte-Rendu

Frustré d’avoir manqué la victoire de mon club de coeur vendredi soir à Zurich, je décide de terminer mon année footballistique par une petite expérience Groundhopping.

En épluchant les calendriers de Super et Challenge League, je tombe sur un sympathique derby de l’Ostschwiiz entre le FC Wil et le FC Winterthur. Bien que les deux équipes soufflent le chaud et le froid en cette fin d’année, la confrontation en tribunes risque d’être intéressante.

En effet, seulement 17 minutes de train séparent les deux villes, les visiteurs Zurichois ont pour habitude de remplir copieusement les parcages de Challenge League, tandis que les Schaffhousois, jumelés avec les Wilois, et donc ennemis honnis des Löwen, risquent de se mêler à la fête.

Ma dernière venue en compagnie des fans lausannois avait donné lieu à une arrivée au stade plus que mouvementée, avec notamment l’intervention de la brigade canine. En sera-t-il de même pour ce derby de l’Est ?

Comment ai-je obtenu mon billet ?

Étant photographe et administrateur de la page Le Loz’anois, j’ai donc opté pour une accréditation presse, et ce, afin d’accéder au bord du terrain. Cette démarche cassera peut-être l’image du groundhopper crapahutant dans les tribunes, mais elle me permet d’être libre de mes mouvements, notamment pour les photos. Après tout, même le fabuleux Gustave s’y est mis pour son reportage à Grenoble !

Obtenir une accréditation en Challenge League est un jeu d’enfant, puisqu’il suffit de remplir un formulaire sur le site du club, ou d’envoyer un mail au responsable presse en expliquant votre démarche. En règle générale, vous obtiendrez votre sésame en à peine 24h, un peu plus pour certains clubs. Autrement, comptez 18.- (environ 17€) pour un adulte et 12.- (11€) pour un étudiant en Stehplatz (tribune debout). L’affluence étant plutôt moyenne (si ce n’est pour des matchs au sommet, ou la venue d’un gros calibre de SL-CL), vous pourrez sans autre acheter votre billet aux guichets le jour du match.

La Ville

Comme mentionné précédemment, ayant déjà visité le centre-ville au cours de mes déplacements avec le LS, je dois hélas vous annoncer qu’il n’y a pas grand-chose à visiter dans cette cité nichée entre Zurich et St. Gall…du moins, si vous voyagez seul.

Autrement, la rue commerçante de l’Obere Bahnhofstrasse permettra à Madame de chauffer la Carte Bleue, tandis qu’une pinte de Schützengarten (ou de vin chaud suivant la saison) sur la terrasse d’un bar typique vous récompensera de la grimpe jusqu’à la vieille ville.

Le Stade

L’un des principaux avantages de la Challenge League est que la majorité des stades sont accessibles à pied depuis le centre-ville. Ainsi, comptez une petite dizaine de minutes de marche entre la gare et le stade.

Le stade du Bergholz est facilement repérable par ses spots. Il a l’avantage de se trouver dans un complexe sportif, incluant plusieurs salles sportives, ainsi qu’une patinoire. Ce qui est plutôt sympa pour effectuer un petit marathon sportif.

L’intérieur m’a de suite évoqué le Frankfurt Volksbank Stadion, l’antre du FSV Frankfurt, avec son style rectangulaire bétonné, et ses virages à découvert. Et à l’instar des petits stades suisses allemands, la Gegengerade (tribune latérale) face aux caméras est entièrement debout. La pelouse est, quant à elle, synthétique, ce qui est un avantage non-négligeable, surtout au vu de la neige pouvant tomber dans nos contrées.

Petit conseil du chef: buvez en grande quantité avant la rencontre, sauf si vous tenez absolument à débourser 4.- pour 3dl d’eau, ou 5.- pour 3dl de bière-soft-drink …

L’Atmosphère

En quittant la gare pour le stade, j’entends un gros «FCW» sortir de nulle part, annonçant l’arrivée des Zurichois. Je me dirige vers la caisse des réservations afin de récupérer mon accréditation, et c’est alors que les visiteurs débarquent devant le stade. L’atmosphère est relativement calme, les deux camps se contentant de s’insulter, tout en gardant une distance de sécurité. On est loin de l’arrivée lausannoise fin septembre, nécessitant la sortie d’un chien policier et autres sprays au poivre…

Pour ce qui est de l’ambiance locale, j’ai toujours critiqué ce genre de Szene en mode «tout ou rien» (en mode «100 gars un samedi, 15 le dimanche suivant»). Je leur laissais pourtant une chance de me convaincre du contraire…Et ben, c’est plus que raté. Je n’ai sûrement pas l’étoffe d’un groundhopper, mais j’ai suffisamment dessiné et peint des tifos, effectué assez de matchs, pour considérer le tifo wilois comme étant le plus laid qu’il m’ait été confronté. Et dire que le groupe moteur a plus de 10 ans d’existence…

Le reste de la rencontre est une véritable purge, le tambour n’a pas compris qu’il est censé accompagner le chant, et non chanter à la place du groupe, et l’ambiance sera relativement faible. À croire qu’ils ont joué une demi-finale de Coupe 3 jours auparavant…

Les seuls points positifs furent la sympathique sortie de matos aux alentours de la 19ème minute (19:00 correspondant à la date de création du club), et quelques gestuelles sympas à regarder.

Quant au parcage, il fut à l’image du terrain: prometteur au début, et s’effondrant au fil des minutes. En voyant la banderole «Sieg Für Eus» («Gagnez pour nous»), et le nombre garnissant le parcage, je m’attendais à un tifo, une bonne sortie de matos, voire un craquage. Il n’en est rien, et c’est logiquement que l’ambiance coule au fur et à mesure que les visiteurs encaisseront les buts.

L’ambiance décolle un peu durant la seconde période sur les nombreuses occasions zurichoises, mais le match en tribune se conclut par un débâchage des visiteurs sur le 4ème but à la 80ème. Pas grand-chose à signaler au retour, si ce n’est 2-3 Wilois pointant le bout de leur nez au départ de l’Extrazug.

Le Football

Parlons un peu foot maintenant. S’il fallait résumer cette confrontation en une phrase, ça serait «à chacun sa mi-temps». En effet, à l’instar des Anglais, les Wilois ont tiré les premiers, et ont logiquement ouvert la marque, avant d’aggraver le score face à des Rot-Wiis totalement apathiques. 3-0 à la mi-temps, emballé c’est pesé ! La seconde période permet aux Zurichois d’espérer une improbable remontada, se créant de nombreuses occasions, sans pour autant les concrétiser en les galvaudant inutilement. 4-0, score final !

 

L’Expérience Groundhopping

Comme vous pouvez vous en douter, ce n’était, hélas, pas une bonne expérience. Peut-être qu’avec un match un peu équilibré, plus disputé, la tendance se serait inversée…

 En raison du côté imprévisible du Sektor D local, et de la proximité avec Zurich et St.Gall, vous aurez meilleur temps de vous concentrer sur le Letzi zurichois ou le Kybunpark st.gallois, voire le  Schützenwiese de Winti (voir le CR d’Axel sur la rencontre entre le FC Winterthur et le LS de mars 2019).

Indépendamment de l’ambiance, le Bergholz reste un bon petit stade sympa à visiter, que ce soit en guise d’apéritif avant un gros, ou d’alternative si vous ne trouvez chaussure à votre pied.

D’ailleurs, si vous êtes en quête de grosses Kurven, attendez la venue des Sauterelles durant le week-end du 17-19 avril !

Retrouvez plus de photos sur ce lien : https://www.zonerama.com/Culturelausannoise/Album/5869690

Créateur et photographe pour "Le Loz'anois",

https://lelozanois.blogspot.com/
https://www.instagram.com/le_lozanois/?hl=fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *