Menu Fermer

Lechia Gdańsk - Pogoń Szczecin

11€ Sektor R
7

Le stade

7.0/10

Le football

6.5/10

L'atmosphère

7.0/10

La ville

7.5/10

L'expérience groundhopping

7.0/10

Pros

  • Belle ville.
  • Beau stade.
  • La gare ouverte la nuit m'a évité de mourir de froid.
  • Bonne ambiance en virage...

Cons

  • ... mais peu suivi dans les latérales.
  • Stade 2x plus grand que l'affluence moyenne.
  • Atmosphère pauvre d'un stade moderne en zone abandonnée.

Après un match du Legia Varsovie, j’ai choisi de me rendre à Gdańsk pour voir le KS Lechia, au détriment du Lech Poznań qui semblait pourtant être une meilleure affiche dans les tribunes. A l’inverse mon match du jour entre le KS Lechia Gdańsk et le Pogoń Szczecin était une meilleure affiche sur le terrain puisque les deux équipes occupaient le haut du tableau. De plus, Gdansk est à 5 heures de car de Varsovie. Sur un court week-end, c’était bien plus adapté aux 7-9 heures de car de Poznań qui est mal desservie par Flixbus depuis Varsovie. A noter cependant que la solution du train à peine plus rapide existait pour ces destinations à des prix convenables mais j’ai fait le choix du plus économique.

La ville

J’ai pu visiter quelques heures Gdansk avant le match. C’est la 6ème ville de Pologne par sa population avec 1 million d’habitants. En tant que ville portuaire, la période n’est pas la plus propice pour visiter la ville mais on profite des façades colorées de la “Old Town”. Pour n’avoir trouvé aucune chaîne de fast-food dans le centre, on peut dire que la vieille ville est bien conservée. Avec plus de temps, comme pour Varsovie je me serais bien vu faire quelques musées. Il y’a l’Europejskie Centrum Solidarności et le Museum of the Second World War qui doivent être à faire.

Le stade

Le Stadion Energa Gdańsk est accessible depuis une ligne de TRAM qui nous dépose à 5 minutes du stade. Reprenant la même forme ovale de l’Allianz Arena avec d’autres couleurs chatoyantes, celui-ci a été ouvert en 2011 et peut accueillir + de 40 000 spectateurs. C’est bien plus que l’affluence nécessaire pour le club autour des 15 000. Cependant comme il est régulièrement rappelé autour et dans le stade : il va accueillir la finale de l’Europa League cette saison. C’est une belle ville et un beau stade pour un tel événement.

On a aucune erreur manifeste pour ce stade. Même à moitié plein, les couleurs des sièges laissés vides sont agréables à l’oeil. Le parcage visiteur est évidemment en bas de tribune (hein la France),  même si on n’ouvre pas les tribunes hautes on n’en profite pas pour faire payer “cher” dans les tribunes basses (reproche qui peut être fait à San Siro). Tout juste peut-on reprocher les grillages derrière les virages.

L’atmosphère

Ici, contrairement au Legia, l’ambiance ne tient véritablement que dans le virage sauf pour quelques hymnes (notamment l’hymne polonais). Ca chante toujours avec une bonne coordination mais après le match du Legia je suis forcément moins impressionné. Si l’on observe de près le public de ce virage, on remarque beaucoup moins les ultras (pas de style vestimentaire propre, aucune écharpe de groupe ?). Je pense qu’on peut se permettre de prendre une place dans ce virage pour vivre le match plus intensément que dans ma latérale un peu morte. A l’honneur des supporters présents ce soir, le fait d’encaisser le seul but du match (après un gros raté des hôtes) ne va diminuer les encouragements de personne.

Le parcage visiteur n’est pas plein mais a bonne allure pour un club situé à l’extrémité Ouest du pays (5 heures de route). Cette victoire pour Pogoń a déchainé la passion de leur gardien qui s’est jeté sur les grilles du parcage visiteur. C’était étonnant, c’est bien rare de voir un joueur dans un tel état d’excitation.

Petit hors-sujet en passant, je suis assez étonné moi-même de découvrir que de nombreuses villes polonaises dont je n’ai jamais entendu parler comme Szczecin ont quand même une population de l’agglomération dépassant les 700 000 habitants. Enfaite la France n’a que 5 communes dépassant les 300 000 habitants quand la Pologne en compterait 10. Au-delà de la passion plus intense des polonais pour le foot, ça m’explique peut-être pourquoi les tribunes et parcages polonais sont souvent impressionnants à voir même pour des villes auxquelles je n’ai jamais pris le temps de m’intéresser. Un Tour de Pologne ne serait pas ridicule à faire !

L’expérience groundhopping

Sans vous attendre à aussi exceptionnel que les clubs de Poznań, Varsovie ou Cracovie, le Lechia Gdańsk vaut le détour. Sans être exceptionnel dans un critère on a une belle ville à visiter, un beau stade et des bons supporters. C’est un peu mieux d’y aller sur une période estivale et/ou pour une meilleure affiche. Idéalement sur un week-end court si vous atterrissez à Varsovie je pense qu’il est mieux de rester sur place et trouver un second match sur Varsovie (j’aurais beaucoup aimé voir le Polonia). En plus, le soir j’ai raté mon Flixbus de retour vers Varsovie (première fois que ça m’arrive). J’ai donc finalement payé cher en temps mon A/R ici pour un match (nuit passée jusqu’à 5 heures du matin dans un KFC et une gare…).

 

Co-fondateur et rédacteur | Website

Ex-abonné du FC Nantes depuis mes 10 ans, j'ai traversé la France pour les soutenir. Ma passion pour le groundhopping s'est développé en 2016 suite à un stage sur Liverpool.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *