Menu Fermer

Caen-Lens et c’était vraiment pas terrible

Lors de mon dernier passage en Normandie, j’avais mentionné l’importance d’avoir des infrastructures bien pensées afin de desservir le stade pour ceux qui n’ont pas de voiture. Ce dernier passage était au Havre, grand ami du SM Caen…

Je fus très éloquent quant à la pauvreté des transports en commun au Havre mais les Havrais n’ont aucune leçon à recevoir de leurs chers amis Caennais. Alors certes, il y a une ligne de tram mais qui ne va pas jusqu’à d’Ornano et comprendre comment les bus fonctionnent prend du temps (ce que je n’avais pas).

En outre, je n’avais pas à être surpris le matin du match (en gueule de bois monstrueuse) lorsque je vis sur internet que les seuls chemins d’accès sur le site Internet du club étaient pour les voitures expliquant où étaient les parkings ! C’est tout ! Et quel tram prendre ? Quel bus prendre ? Rien ? Honte à vous ! En gros on arrive à la gare et on se démerde !

Donc non seulement la ville (voire la région) n’a manifestement pas envie de promouvoir le football local (contrairement à des villes comme Clermont, Nice, Orléans où les stades sont bien desservis) mais en plus la communication du site web est dégueulasse…

Cela dit, je fus fort bien accueilli par une personne du coin sympathique qui m’expliqua comment me rendre à d’Ornano alors que je n’avais rien demandé. Les Caennais sont sympas. Là-dessus rien à dire.

Donc après une (longue) marche sur une bonne partie des 4kms qui séparent le stade de la ville, je me pose avec 10 minutes de retard et le spectacle est bien piètre. Les hôtes n’offrent rien offensivement et dans l’engagement. Lens attend d’abord que quelque chose se passe pour contrer mais se rend vite compte que si un but doit provenir d’une équipe, ça viendrait d’eux. Le 1er but vient à la demi-heure sur coup de pied arrêté via un csc et le 2nd en contre pour sceller le succès nordiste.

 

Si Caen était abject sur le terrain, leurs ultras n’étaient pas mieux. Les encouragements étaient timides et les lensois leur ont fait la leçon sur ce terrain également. A un moment du match, les ultras locaux et le parcage extérieur se sont échangés un « aux armes » et le contraste était saisissant. Les visiteurs étaient tellement au-dessus qu’on aurait dit un père donnant une leçon à son môme en constatant qu’il y avait encore du boulot pour faire les choses à peu près correctement.

 

Par contre j’ai vu un streaker pour, je pense, la 1ère fois de ma vie en live. Ça c’était plutôt cool.

Donc, résumons. Un stade très à l’écart, une communication web à sérieusement revoir, une performance abjecte des joueurs et des ultras muets. Ça va mal à Caen. Très mal.

Comme souvent, heureusement que le RC Lens fait partie du folklore et du paysage du foot français. Sans eux, notre patrimoine et notre quotidien seraient encore plus tristes qu’ils ne le sont aujourd’hui…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *