1/2 et finale de la Coupe du Monde féminine à Lyon

50€ les 3 matchs Bloc 105 Rang 44
7.3

Le stade

7.0/10

Le football

7.5/10

L'atmosphère

7.0/10

L'expérience groundhopping

7.5/10

Pros

  • Bonne organisation globale
  • Des matchs du niveau USA - ENG, on en veut plus !
  • Autour de 20 000 américains
  • Une vague Oranjes également
  • Pas de cérémonie de clôture ringarde

Cons

  • La sélection anglaise peu suivie
  • Pays-Bas - Suède d'un faible niveau
  • Files d'attentes trop longues en finale
  • Paiement par carte VISA obligatoire
  • Pas de cérémonie de clôture ?

 

La France accueillant cet été la Coupe du Monde féminine, j’ai profité de l’occasion pour me dégoter tranquillement un Pass 3 matchs à seulement 50€. Cela m’a donc donné dans un premier temps Angleterre – USA et Pays-Bas – Suède. Qu’on soit critique ou non sur le football féminin, sa faible popularité nous donne cette chance de profiter de prix dérisoires. Avec les forts enjeux des derniers matchs, j’espérais même une atmosphère pourquoi pas semblable à n’importe quelle autre grande compétition. Pour le contexte, je ne m’intéresse pas au football féminin (ni pour ni contre, bien au contraire) et la première chose qui m’intéresse c’est l’atmosphère d’un match. Peu importe le sexe. Mon principal a priori négatif sur le foot féminin de ce que j’en connaissais avant la CdM, c’était le niveau des gardiennes.  Mais finalement, au moins sur ce niveau International elles ont pour la plupart été convaincantes. Bref, c’est dans cet état d’esprit que j’allais au stade.

L’organisation

Je ne vais pas m’attarder sur le Groupama Stadium au cours de ces 3 matchs. J’en parlais déjà fin 2017 pour OL – MHSC et rien n’a changé même si c’est toujours plus joli un jour de Fête (occupation des espaces vides/ternes par la déco CDM, la Fan Zone et les fans) et avec un stade quasi plein à chaque fois. Parlons plutôt de l’organisation. J’habite du côté Est de la région (direction Genève) donc en utilisant le parc relais Meyzieu-Panettes c’était toujours incroyablement fluide que ce soit pour se garer, prendre le tram ou partir. Contrairement aux matchs de l’OL il fallait en revanche payer 3€ l’accès au parking + tram. Mais bon, quand on paye 15€ le match on est prêt à faire ce sacrifice sans se plaindre. L’entrée dans le stade et dans la tribune s’est faite de façon aussi confortable à chaque fois, sans attente.

Sur la finale, j’ai été voir la Fan Zone d’une taille dérisoire et j’ai constaté les premiers défauts de l’organisation : 2 heures avant le match ils étaient une centaine dans une file d’attente pour récupérer une carte Visa au seul stand disponible et tenu par un seul mec. En effet, les paiement par CB se faisaient obligatoirement par carte Visa. D’une, c’est restrictif et on est contre. De deux, quand vous mettez ça en place mais que vous êtes pas capables de faire les efforts pour fournir le service en moins de 15 minutes vous êtes incompétents. C’était un peu pareil pour les quelques boutiques officielles avec des files d’attentes aussi longues. Pour avoir votre produit dérivé, il fallait se préparer à attendre 1 heure. Pas top du tout. Dans les coursives intérieures du stade en revanche c’était très efficace pour consommer. Aucune attente et pour les plus feignants la possibilité de commander depuis le mobile et de se faire livrer à sa place. Je n’ai cependant pas l’impression que ce système ait été vraiment utilisé.

ANGLETERRE – USA

A défaut de voir l’Equipe de France et sa popularité passagère, j’ai pu voir la popularité bien réelle de l’équipe féminine des Etats-Unis. Aux abords du stade, des américains absolument partout et donc l’atmosphère d’un grand rendez-vous. Ça faisait plaisir à voir et me donnait rapidement l’envie de les supporter alors que j’ai des affinités anglaises à l’origine. C’est difficile de ne pas se laisser emporter par cette vague populaire quand de l’autre côté en une heure et demi j’ai distinctement croisé que 2 ou 3 anglais. Pas un seul maillot, rien ! Dans les tribunes, on peut retrouver un peu plus facilement quelques anglais mais rien qui ne fasse le poids face aux Américains. En plus des virages, de nombreux drapeaux américains sont visibles dans les latérales. La présence américaine est évaluée autour des 15 000 (15 000 pour ce match, 20 000 pour la finale). Pour l’ambiance, quelques « USA » mais sinon rien de plus.

Les conditions sont réunis pour passer un bon moment. Et là, vous le savez autant que moi si vous avez regardé le match : c’était d’un très haut niveau, et tellement supérieur à l’EDF. Ça faisait du bien à voir parce que la complaisance maladive entendue dans les médias français donnait une mauvaise image du foot féminin. Aujourd’hui, c’est une bien meilleure image qui nous est donnée. Pour preuve, j’ai fréquemment lâché des onomatopées « OOOOH » devant les actions. Il suffit de voir ne serait-ce que les buts tous d’une qualité remarquable. Le second but américain pour prendre l’avantage par Alex Morgan en est un exemple, même la célébration est iconique. Néanmoins, la plus impressionnante selon moi était clairement Rose Lavelle côté USA, un petit côté Robben. J’adore. Les USA l’emportent donc 2-1 mais on se sent triste pour les anglaises qui ont su élever leur niveau à celles des américaines, et qui n’ont pas été aidées par la VAR (un hors-jeu improuvable signalé). On reprendrait tellement encore un match entre les deux équipes. C’était ni plus ni moins que l’un des meilleurs matchs de foot de la saison que j’ai vu dans un stade.

PAYS-BAS – SUEDE

Après Angleterre – USA, mon inquiétude sur cette seconde 1/2 est d’avoir sans doute déjà vu le meilleur match de la CdM la veille. Il faut retrouver ses esprits, dissocier les 2 matchs et se dire que ce match ne sera de toute évidence que plus faible. 10 000 sièges sont restés vides avec une affluence de 48 000 environ contre 53 000 pour le match des USA. Au moins la communauté hollandaise fait toujours plaisir à voir même si l’ambiance reste assez classique dans les tribunes. Je n’en suis pas surpris car j’ai toujours trouvé les matchs internationaux assez ternes dans les tribunes.

Sur le terrain, je m’y suis pas trompé le match est d’une qualité médiocre. On a eu quelques grosses occasions pour vibrer mais dans sa globalité le match était techniquement faible. C’est au bout du suspense, dans les prolongations, que les Pays-Bas vont enfin ouvrir le score et se qualifier pour la grande finale.

USA – PAYS-BAS

Les Champion d’Europe affrontent les Champion du Monde, nous avons la meilleure affiche possible en finale. Je n’ai pas grand chose à rajouter sur l’atmosphère autour du stade, ça ressemble aux deux matchs précédents. Les tribunes ont gagnées en entrain avec une plus forte participation des deux publics, des chants plus ou moins « réguliers » pour pousser les deux équipes et toujours ce si distinguable et magnifique Orange pour former un beau petit kop côté néerlandais.

C’est une belle petite ambiance. Le match est équilibré, pas aussi entrainant et fou qu’USA – Angleterre mais techniquement le déchet est faible. Dans le contexte d’un match avec un tel enjeu, c’est bien suffisant pour trouver ça agréable. Comme la moitié des matchs de ce nouveau football sous VAR, la décision se fera sur un pénalty non signalé à l’origine par l’arbitre. Y’a plus palpitant mais c’est ce que la majorité des « fans de foot » (sic) ont voulu : un football dicté par les images plutôt que par le direct. Rapinoe ouvre le score.

Le match ne sera plus jamais le même, la supériorité américaine saute un peu plus aux yeux lorsqu’elles mènent au score et que les Pays-Bas se retrouvent dans une situation d’urgence difficilement maitrisable. Elles prendront un second but dans la foulée par la toujours magnifique Lavelle (69ème). Et ce malgré la gardienne Van Veenendaal que j’ai trouvé excellente sur les 2 matchs que j’ai vu (10 tirs cadrés pour les USA) et qui va d’ailleurs remporter un prix sur cette CdM puisque les Oranjes ont la meilleure défense de la Coupe du Monde. S’en suivront une multitude d’offensives en supériorité numérique mal gérée pour les américaines. Rien ne pourra empêcher les Américaines d’être à nouveau Championnes du Monde. Finalement, elles auront peut-être fait leur pire match contre la France, et c’est dans ce même match qu’elles auront été le plus supérieures à l’adversaire. Par contre, les anglaises et néerlandaises semblent s’approcher du niveau américain.

Bilan : ce n’est pas ce qui me fera regarder du foot féminin le reste de la saison puisque le niveau devient beaucoup trop faible et que les stades sont vides. En revanche les prochaines confrontations entre les meilleures sélections nationales (USA, Angleterre, Pays-Bas), je ne dis pas non ! En espérant que les autres nations suivent, parce qu’avant les 1/4 c’est encore compliqué de s’intéresser à la compétition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Étiquettes : , , , , , ,