Stade de Suisse

Visité
7.8

Bien

8

Note des lecteurs

Young Boys – Ferencváros TC (Barrages Aller de la LdC)

Young Boys – Ferencváros TC (Barrages Aller de la LdC)

Young Boys - Ferencváros TC (Barrages Aller de la LdC)

33€ (Tribune D15)
8.6

Le stade

7.5/10

Le football

9.0/10

L'atmosphère

8.5/10

L'Oberland bernois

9.0/10

L'expérience groundhopping

9.0/10

Pros

  • l'Ostkurve Bern de retour 18 mois après
  • Des conditions normales pré Covid
  • Intensité LdC, scénario fou et buts magnifiques...
  • La passion est dans toutes les tribunes
  • La beauté de l'Oberland bernois

Cons

  • ... bien aidé par les faiblesses défensives (osef)
  • Pas de parcage visiteur
  • 15 600 spectacteurs, un peu faible pour YB
  • Comment se garer à bon prix ?
  • Même la randonnée devient coûteuse en Suisse

Depuis le 8 février 2020, aucun match au stadion Wankdorf ne s’était fait sous la présence des ultras bernois, l’Ostkurve Bern. Ce match aller des barrages de la Ligue des Champions signait leur retour 557 jours après.

La situation en Suisse face à la crise sanitaire

En effet, les ultras suisses ont trouvé satisfaction dans le protocole COVID et sanitaire instauré en Super League. Les contrôles des pass sanitaires se font au préalable et indépendamment du contrôle des billets, pas de traçage donc. Les clubs mettent généralement en place de quoi se faire tester pour les non-vaccinés. Et à l’exception de Sion qui continuera d’être boycotté par les groupes, les parcages visiteurs sont autorisés. En d’autres mots, la Suisse a retrouvé son football pré COVID puisque même le port du masque n’est pas demandé dans le stade. Cela en fait une destination de choix pour les groundhoppers français.

L’Oberland bernois

Pour ma part, c’était plutôt des vacances en Suisse qui ont conditionné ce retour au stade sous cet excellent timing avec les annonces des ultras. J’ai passé quelques jours dans l’Oberland bernois avec l’hôtel à Interlaken pour ensuite faire de la randonnée sur Lauterbrunnen (Chutes du Trümmelbach), Wilderswil (Schynige Platte) ou encore Grindelwald (Grindelwald-First). Vous aurez ci-dessous quelques photos qui parlent d’elles-même sur la pureté des lieux. Mais ce que ne disent pas les photos, c’est que même la randonnée en Suisse demande un budget : 62€ A/R pour monter par chemin de fer à crémaillère jusqu’à la Schynige Platte (2 000 m d’altitude), même prix et altitude mais en téléphérique cette fois-ci pour Grindelwald-First. Pour le Jungrau dit « le toit de l’Europe » (+ 4 000 m d’altitude) c’est carrément 120€ A/R. A ce prix, on a sauté notre tour. On ne boude cependant pas notre plaisir devant les paysages somptueux qui s’offrent à nous. On a aussi remis un pied à Thoune (lien de notre CR du derby de Berne à Thoune) puis à Briens.

Le stade et le parking

Parlons maintenant du football. C’est mon deuxième match ici (voir la page du stade), je ne vais pas m’étendre à nouveau dessus. La seule chose qui a changé c’est qu’il a abandonné depuis l’été 2020 son nom de Stade de Suisse (même si il nous reste en tête) pour reprendre celui de stadion Wankdorf (du nom de l’ancien stade construit en 1925). Par contre c’était ma première fois en voiture. On s’est garé à côté du stade, au parking des expos. Il faut compter 15€ pour 5 heures de stationnement. N’allez surtout pas dans le parking sous-terrain du centre commercial et du stade pour un match en soirée : c’est 15 francs suisse par heure après 20 heures.

L’atmosphère

À l’entrée des joueurs pour l’échauffement, le kop bernois apparait enfin d’un seul bloc pour nous offrir une entrée bruyante en tribune. Le reste de la soirée n’ira que crescendo. Le contexte de leur retour au stade dans un match de Ligue des Champions réunit les ingrédients pour une grande soirée. Les ultras ont fait le spectacle comme on les connait avec un bloc consistant, organisé et toujours à chanter, de la pyro à différents moments du match. Pas de surprise, que du bonheur.

Mais je voudrais mettre plus largement l’accent sur les 15 000 spectateurs. Les Young Boys ont un public de passionné et cela se voit aussi bien visuellement avec des couleurs jaunes et noires partout, et vocalement. Les ultras n’ont jamais à relancer les autres tribunes pour les voir se lever et/ou suivre les chants qui demandent leur participation, à croire que le public n’attend en réalité que ça. Cette fluidité, cette absence de temps faible en décibel est un régal pour mon retour au stade. Par moment, le stade entier rentre même (un peu) en ébullition avec un public qui joint les sauts aux chants et cris. Cela ne fait pas de doute ici, le public aime son équipe et ses ultras. Pour moi aussi ça faisait près de 500 jours sans un match en condition normale. Le seul manque à l’appel à cause de l’UEFA, pas des moindres, était l’absence de supporters hongrois en parcage même si ils étaient des centaines officieusement à côté. Nul doute que ça aurait pu être un peu plus dingue encore avec eux.

Le match

Si l’atmosphère a été aussi excellente et que j’ai pu autant crier (« HOPP YB! ») sans comprendre un mot de suisse-allemand, c’est grâce aux joueurs qui ont offert un spectacle encore meilleur que dans les tribunes ! Le scénario du match est rocambolesque : Berne a été mené 1-0, est revenu dans la foulée, a concédé un carton rouge et pénalty validé en deux temps mais finalement annulé pour une faute. Et les Young Boys par des exploits individuels (de Sierro et Garcia) sont repassés devant 2-1 puis 3-1 avant de concéder un second but en fin de match.

Soyons honnête : il faut remercier les errements défensifs des deux équipes et le faible niveau (pour rester gentil) de Ferencváros. Mais on s’en fout dans ce sens, chaque erreur technique/tactique nous faisant profiter d’un match offensif et spectaculaire d’une grande réussite (cf. la qualité des buts). C’est ce qu’on veut voir.

Le second but de Boli à la 82ème n’aura pas terni la satisfaction globale de tous d’avoir remporté ce match en infériorité numérique. Aujourd’hui c’était jour de fête. À nouveau ensemble, Les joueurs et le virage ont pu célébrer comme il se doit cela en attendant de confirmer ce bon résultat au retour.

Conclusion

C’était le meilleur retour au stade que je pouvais imaginer. Pour rappel les tickets avaient été acheté avant l’annonce du retour des fans. Puisque j’avais déjà fait ce stade, l’excitation était à ce moment plus faible qu’à l’habitude. Mais toutes les pièces se sont finalement assemblées pour une soirée d’anthologie où le COVID ne semblait plus exister l’espace de quelques heures. Mon conseil reste ainsi la même que mes précédents matchs de Young Boys (à domicile et l’extérieur) : c’est un public et une ambiance qu’il faut voir, en Coupe d’Europe, contre Bâle ou le FC Zurich idéalement.

Familiarisé aux parcages pour suivre le FC Nantes, un stage sur Liverpool, mon autre club de coeur, a développé ma passion pour le groundhopping en 2016. Cofondateur au-stade.fr.
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Lost Password

Sign Up

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x