Menu Fermer

Moreirense – Rio Ave

Moreirense, la fierté de tout un village

Le match

Tout débute le samedi 21 Avril 2018 lorsque je décide de faire mon premier vrai week-end Groundhopping au Portugal : j’avais déjà fait trois matchs la veille et j’entamais donc mon 5e et dernier match avec ce Moreirense – Rio Ave, un énième derby dans la région Nord du Portugal.

Le match en lui-même : pas grand-chose à retenir : l’essentiel était bien ailleurs…

Arrivant d’un match en bois de seconde division entre Penafiel et Oliveirense, je mets beaucoup de temps à me garer et comme à mon habitude, je fais bien attention de trouver une place correcte car ayant une voiture de location, je n’ai pas envie d’avoir de mauvaise surprise.

J’arrive tant bien que mal à trouver mon bonheur mais problème : le coup d’envoi est dans 30 minutes et je suis garé relativement loin. Ayant visité le stade la veille, j’aime bien repérer les lieux quand cela est possible afin d’anticiper au mieux mes enchaînements de matchs (comme en Espagne où j’enchaîne régulièrement 3 matchs/jour), je pensais pouvoir me garer devant : je n’avais pas prévu un tel rassemblement pour ce match de milieu de tableau même si ce dernier est placé en plein dimanche après-midi.

 

L’obtention d’un billet

Je ne trouve ni billetterie, ni boutique, mais une file d’attente à perte de vue, dix minutes avant le coup d’envoi, je vois mes espoirs d’entrer dans ce nouveau stade se réduire de plus en plus alors je tente un vrai coup de bluff : je m’insère dans la queue, et avec mon maillot du Téf sur le dos, je commence à discuter en anglais pour trouver un généreux donateur d’un billet pour un Groundhopper perdu. Et là, chanceux comme je suis, je tombe rapidement sur un homme qui parle français et qui me dit “ouhla tu viens de loin toi ! Tu t’es perdu ou quoi ? Tiens j’ai une place pour toi” je lui donne de l’argent mais il n’en veut pas et refuse même mon billet tendu. Mission accomplie !

Moreirense
Moreirense

Le stade

Je rentre donc dans ce stade, je ne sais pas encore par quel miracle et me retrouve vite avec les GD 2000 tout au fond de la tribune : immédiatement tout le groupe d’une centaine d’individus me dévisage et me regarde de manière très mystérieuse, voire même agressive pour deux d’entre eux : qui c’est ce mec avec un maillot violet, une Go Pro qui vient nous filmer et qui sort de nulle part ?

Le premier contact ne me rassure pas, je décide d’aller me chercher une bière quand j’entends parler français derrière moi : c’était Joao, un ami maintenant qui vient se présenter et me dire « n’aie pas peur mon ami, tu es ici chez toi » : je lui paie un coup à boire , au passage à l’époque 1€ le verre c’est donné : il me présente tous ces amis en expliquant ma venue ici et tout le monde me salue et je participe activement au match avec eux, ils ne manquent pas néanmoins de me dire que je suis fou et qu’ils n’ont jamais vu cela de leur vie.  Je chante avec eux, on m’invite même à agiter leur drapeau, je suis au cœur du groupe, j’enchaine beaucoup de bières et je ne m’intéresse même plus au match : c’est simple toute la deuxième mi-temps je fais des allers-retours entre la buvette et le groupe, pour l’anecdote vers la 60e minute nous avions tombé tous les fûts de notre tribune, bel exploit !

Pour décuver  et pour se remettre de tout ces événements, dès la fin du match, en compagnie le noyau dur, nous décidons de nous mettre à table, sans alcool cette fois-ci, je parle anglais, français, franglais, portugo-angais bref une franche partie de rigolade remplie d’anecdotes de leur club, et je découvre grâce à eux et en une soirée l’histoire incroyable de ce village qui rend fier ses fidèles supporteurs ! Tout se termine avec échange de maillots, d’écharpes de contacts et la promesse de revenir le plus vite possible.

Je me suis rendu trois fois déjà là-bas, je compte y retourner au moins pour le derby contre Aves mais comment annoncer à mes amis des GD que ma prochaine venue au Portugal se fera dans la région benfiquiste ? Peut être tout simplement en tentant de faire un parcage visiteurs avec eux 😉

Ah mais au fait, je ne vous ai même pas donné le résultat final du match ? 2-1 pour Moreirense qui scellera définitivement leur maintien dans l’élite.

 

Moreirense

Stade
Ville
Ambiance
Summary

Groundhopper toulousain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *