Menu Fermer

Real Madrid – Girona

Real Madrid - Girona

80€ - Grada Alta F, Norte
7.8

Le stade

9.0/10

Le football

7.0/10

L'atmosphère

6.0/10

La ville

9.0/10

L'expérience groundhopping

8.0/10

Pros

  • Tribune exposée au soleil
  • Très beau stade

Cons

  • Lunettes de soleil obligatoires
  • Peu d'ambiance

En ce 17 février 2019, le Real Madrid (3ème, 45 pts) accueille Girona (17ème, 24 pts) pour le compte de la 24ème journée de Liga. Une nouvelle opposition « Capitale-Catalogne » qui a vu Girona s’imposer par surprise 2 buts à 1 au Santiago Bernabeu. Récit.

La ville

Dès les premiers instants passés à Madrid, on sent tout de suite cette atmosphère chaleureuse où il fait bon vivre. En plein mois de février, le thermomètre frôle les 20 degrés et un soleil radieux illumine le ciel de la capitale. Rien de mieux pour profiter de ce week-end de foot espagnol.

La capitale madrilène est relativement étendue mais possède en son coeur les principaux sites culturels : Plaza Mayor, Puerto del Sol, Palacio Real, Parc du Retiro. Une journée entière permet ainsi d’avoir une bonne vue d’ensemble de la ville.

 

Le stade

Le stade Santiago Bernabeu se trouve quant à lui au Nord de Madrid dans le quartier de Chamartin. En métro, on y accède d’ailleurs par la ligne 10 avec la station du même nom « Santiago Bernabeu ».

Situé dans un quartier résidentiel et adjacent au quartier des affaires, les alentours du Santiago Bernabeu sont à la fois très animés en journée mais très calmes en soirée.

Dès la sortie du métro, des stands vendent toutes sortes de produits dérivés Real Madrid : maillots, écharpes, fanions, porte-clés. On observe d’ailleurs que l’empreinte Cristiano Ronaldo est toujours présente puisque les maillots et écharpes à son nom se vendent encore sur ces étales.

Des buvettes entourent le stade pour vendre des boissons, des pop-corn ou des bonbons.

L’ambiance est d’ailleurs bon enfant, les espagnols sont venues en famille comme en atteste la présence d’enfants qui déambulent dans les travées du stade jouant de la trompette ou autour des mascottes Mickey et Homer Simpson à l’effigie du club madrilène. On ne dirait pas que l’Espagne est à nouveau secouer par une crise politique avec la décision de leur Premier Ministre Pedro Sanchez de convoquer des élections législatives anticipées en répercussion notamment aux manifestations pro-catalogne ayant secoué la ville la semaine passée;

Les touristes, comme à chaque fois pour les matchs du Réal et du Barça, sont également présents, on peut ainsi apercevoir une délégation danoise venue spécialement pour l’événement.

L’ambiance

Le stade se remplit petit à petit au son de musiques espagnoles.

Prévu à une horaire inhabituelle de 12h00, le match a réuni 68 099 spectateurs, affluence plutôt correcte compte tenu de l’horaire et des affluences de début de saison.

Les joueurs entrent sur le traditionnel hymne du Réal Madrid « Hala Madrid y Nada Mas ».

Au cours du match, la « Grada Fans » met comme à son habitude l’ambiance par ses chats même si ceux-ci ne sont que peu repris par les autres tribunes. En effet, le restant des spectateurs commentent le match et fait savoir son mécontentement ou son admiration selon les faits de jeu.

 

L’avant-match

Côté rectangle vert, Solari avait annoncé en conférence de presse faire tourner son effectif pour ce match en vue des échéances à venir notamment les matchs retour en Ligue des Champions contre l’Ajax et en Copa del Rey contre le Barça.

Il a donc choisi d’aligner un 11 remanié avec : Courtois-Odriozola-Varane-Ramos-Marcelo-Casemiro-Ceballos-Kroos-Lucas-Benzema-Asensio.

Llorente et Isco,blessés, Modric suspendu ne sont pas sur la feuille de match.

Concernant la formation d’Eusebio Sacristan, on retrouve un 4-1-4-1 avec : Bono-Ramalho-Alcala-Juanpe-Garcia-Luiz-Porro-Pons-Granell-Portu-Stuani.

Doumbia, Mojica ou encore Aday sont toujours à l’infirmerie.

L’enjeu de ce match, coté madrilène, est de confirmer les bonnes performances des dernières semaines. Et de recoller à 6 points du FC Barcelone vainqueur la veille 1-0 contre Valladolid, tout en évitant les blessures et les suspensions en prévision du clasico en championnat dans le week-end du 2 mars.

Quant à Girona, l’objectif est simple mais complexe, renouer avec la victoire qui les fuit depuis le 10 décembre dernier soit une série de 13 matchs consécutifs sans victoires dont 6 défaites sur les 6 derniers matchs. La tâche s’annonce donc périlleuse au Bernabeu face au grand Real Madrid d’autant plus que les deux équipes se sont affrontées en Copa del Rey le mois dernier avec une victoire madrilène 7-3 sur l’ensemble des deux matchs.

 

Le football

En première mi-temps, le Real Madrid, malgré quelques erreurs techniques, domine son sujet et gère la possession calmement. Girona, tout aussi appliqué, se contente de jouer les contre-attaques suite aux pertes de balles madrilènes. A ce petit jeu, les catalans se montrent dangereux et mettent à contribution Courtois. Mais à la 25ème minute, Casemiro ouvre la marque sur un corner de Toni Kroos. Peu avant la mi-temps, Marcelo voit son but refusé légitiment pour une possession de hors-jeu. Durant cette première mi-temps, on peut souligner la maitrise madrilène face à la discipline catalane mais aussi les nouvelles déceptions Marcelo et Asensio.

Les madrilènes regagnent en outre les vestiaires avec le score en leur faveur et confiant dans leur force.

Pendant la mi-temps, aucune animation n’est prévue, la sono continue de cracher de la musique, les aficionados en profitent pour se désaltérer sous ce beau soleil.

En seconde mi-temps, le coaching tactique de l’entraineur de Girona se révèle concluant avec un passage en 4-3-3. Pons et Porro laissent leur place à Lozano et Garcia Serrano. Beaucoup plus incisifs dans leurs contre-attaques, les hommes de Sacristan bousculent les madrilènes.

Voyant le danger se rapprocher, les merengues concèdent de plus en plus de fautes et perdent de nombreux duels. Le début du cauchemar prend forme à la 64ème minute lorsque S.Ramos commet une faute dans la surface. Penalty pour Girona et carton jaune pour le capitaine de la Maison Blanche qui loupera en conséquence le clasico du 2 mars prochain. En réaction à cette égalisation, Solari décide de faire entrer tour à tour Bale et Mariano à la place de Asensio et Ceballos. Plutôt, Lucas Vazquez avait été remplacé par la jeune pépite brésilienne  Vinicius Junior. Le Real se retrouve donc en 4-2-2-2.

D’ailleurs, Vinicius, surfant sur sa forme étincelante, provoque la défense de Girona et aurait pu par deux fois redonner l’avantage à son équipe, mais à chaque fois son enroulé passa au-dessus. Suite à un corner, Ramos est bousculé dans son élan dans la surface mais l’arbitre ne bronche pas. La chance semble être passée pour le club de la capitale qui voit son adversaire du jour prendre l’avantage à la 75ème minute par l’intermédiaire de Portu suite à une frappe détournée par Courtois. On remarque qu’à chaque but catalan, des drapeaux espagnoles fleurissent dans les travées du Santiago Bernabeu et des « Viva Espana » se font entendre.

Les 20 dernières minutes sont marquées par des remontées de balle du Real Madrid vers la cage de Bono, toutefois sans succès. Ramos est expulsé sévèrement à la 90ème pour avoir tenter une bicylette dans la surface. Dernier corner de la partie, Courtois monte et place une tête décroisée tout proche du cadre. Sur le dégagement suivant, l’arbitre siffle le coup de sifflet final.

Pour conclure, le Real Madrid peut s’en vouloir de n’avoir pas fait le break plus tôt dans la partie notamment en 1ère mi-temps. Ils ont été surpris par la discipline tactique des visiteurs et sont retombés dans leur travers du début de saison à l’image d’un Marcelo ou d’un Bale catastrophique. Les madrilènes voient donc le titre s’éloigner puisque le Barca compte désormais 9 points d’avance sur eux. Pire, leur capitaine emblématique S.Ramos sera suspendu pour le clasico du mois prochain.

Quant au club de Gérone, il met fin à une série de 13 matchs sans victoires au Bernabeu ce qui leur donnera sans doute un surplus de motivation dans la lutte pour le maintien.

Avec ce match, les catalans comptent désormais 4 points d’avance sur le premier relégable, Villaréal.

Si vous voulez en savoir plus sur Girona, c’est chez les copains de Furia Liga

Stade
Ville
Ambiance
Summary
iamxmelvil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *