Menu Fermer

FK Dukla Praha – MFK Karvina

Dukla Praha - Karvina

8€
8.4

La ville

8.7/10

Le football

8.0/10

L'atmosphère

7.6/10

Le stade

9.5/10

L'expérience groundhopping

8.0/10

Premier récit sur le site pour moi. L’occasion de raconter le voyage, entre tourisme et groundhopping, que ma copine et moi même avons réalisé au moins de Mars à Prague.

L’idée de départ était de passer 4 jours dans cette magnifique ville et de réserver un après-midi pour aller voir le Slavia ou le Sparta. Le calendrier a cependant été merveilleux et ce n’est pas moins de 4 matchs qui se sont déroulés dans la ville en 3 jours. Voici donc le premier compte rendu pour le match opposant le Dukla Praha, club légendaire de Prague notamment durant les années communistes, au MFK Karvina.

Aujourd’hui, le Dukla n’est plus que l’ombre du grand club qu’il a été. Faisons un petit point d’histoire: le club a été fondé en 1947 par l’armée tchécoslovaque. De 1947 à 1990, il remporta 11 titres de champion de Tchécoslovaquie dans des circonstances que l’on qualifiera de particulières… En 1990, le club disparait après une fusion avec le club de Pribam. L’histoire aurait pu s’arrêter là mais en 2006, il renait de ses cendres lorsqu’un petit club de la banlieue de la ville prend son nom, ses couleurs, son stade (et accessoirement son palmarès, ce qui est, disons le, assez discutable). Le club repart donc de la 4ème division pour remonter dans l’élite en 2011.

Au moment du match, le Dukla est lanterne rouge du championnat tandis que Karvina est… avant dernier. Du beau football en perspective.

La ville

Ah Prague… Disons le tout de suite, le coup de coeur a été immédiat ! Quelle beauté ! Une ville à faire absolument au moins une fois dans sa vie. La Clementinum, l’horloge astronomique, le château, les grandes places: tout est à voir. Néanmoins, la ville n’est pas si grande. 4 jours suffisent pour la visiter dans les grandes largeurs. Seul petit bémol: les tchèques sont très austères et, à ma grande surprise, ne parlent pas beaucoup anglais, et ce, dans une ville aussi touristique que Prague ! Ca a pu parfois être un peu compliqué de se faire comprendre (le meilleur exemple sera dans un compte rendu suivant) mais cela ne compromet en rien la magie de cette ville.

Les alentours

Vous ne pouvez pas aller au stade Juliska et ne pas passer devant la statue de Masopust, légende du football tchèque, du Dukla et ballon d’or 1962. Il a d’ailleurs fini sa vie tout proche du stade de ses exploits. Sinon, étant un peu au milieu de nulle part, et pas grand chose à se mettre sous la dent, il faudra revenir au centre de Prague, à environ 15 minutes du stade, pour finir la soirée.

En ce qui concerne les buvettes, c’est très sommaire, quelques tables avec de la nourriture locale (ma petite amie en a vanté la qualité) et bien sur de la bière tchèque, le tout dans une ambiance très sympathique (on nous a même offert les bières)

Le stade

 

Nous voilà donc parti après avoir marché toute la journée dans les rues de Prague, et après une petite sieste bien méritée (vu l’heure à laquelle nous avions pris l’avion le matin) pour notre premier stade: le Juliska. Ce n’est clairement pas le mieux desservi par les transports, celui ci étant bien excentré du centre. Nous devions donc prendre 2 trams puis marcher une bonne quinzaine de minutes au milieu de nulle part. Le stade étant bien en hauteur, il ne fut pas facile à repérer du premier regard et nous avons mis bien du temps à le trouver. D’extérieur, c’est un stade qui ne dégage finalement pas grand chose.

Nous voilà donc en train de prendre les billets, 200 couronnes tchèques (environ 8 euros) pour le tarif normal, 150 couronnes pour les étudiants (environ 6 euros). On entre dans le stade, et là, le coup de coeur est incroyable. L’enceinte est au milieu de nulle part, et depuis la tribune, la vue qui surplombe la ville est magnifique. Ce stade a la particularité de n’avoir qu’une seule tribune (quoique imposante). En bref, un stade comme on n’en voit presque plus aujourd’hui, ce qui est bien dommage.

L’atmosphère

Disons le, le Dukla Praha n’attire pas les foules. Je ne saurais dire combien nous étions mais je me demande sérieusement si cela se comptait non pas en milliers mais plutôt en centaines.

Finalement, ce stade est plus un repère pour groundhopper. A noter quand même un petit groupe d’une dizaine de personnes essayant tant bien que mal de se réchauffer. Ce stade nous a permis de rencontrer des francophones, venus pour les mêmes raisons que nous et qu’on retrouvera tout au long des 3 jours ainsi qu’un groupe d’anglais supporters de Chester (D6 anglaise). Magique, et finalement, malgré le peu d’ambiance, ce fut une magnifique expérience et un vrai coup de foudre.

Le football

Un match tchèque, c’est rarement le bonheur footballistiquement parlant, alors un match opposant le dernier à l’avant dernier… Vous imaginez ! Et bien vous vous trompez, pour le début de match tout du moins. Le Dukla, dont c’était quasiment la dernière chance d’espérer le maintien, démarre le match tambour battant et mène 2-0 au bout de 5 minutes. Mais le MFK Karvina a peu à peu repris le contrôle du ballon et réduit l’écart vers la 30ème minute. La suite du match ? Des immanquables des deux côtés, beaucoup de déchets, une équipe de Dukla qui a beaucoup plié mais qui n’aura jamais rompu malgré l’exclusion d’un de ses joueurs à la toute fin du match. Libération donc pour le Dukla qui passe devant son adversaire du jour et peut toujours espérer se maintenir. Evidemment, le niveau de jeu était faible mais on vient pas voir un match en Tchéquie pour ça.

L’expérience groundhopping

Quelle aventure ! C’est certainement le stade que j’ai préféré à Prague, même si je suis tombé sous le charme des Bohemians (nous y reviendrons plus tard). Entre ville merveilleuse, rencontres très sympa et stade à la vue magnifique, nous avons été servis. Si vous passez par Prague un jour et que le Dukla joue au stade Juliska, je ne peux que vous conseiller d’y aller. Non pas pour l’ambiance, mais pour l’histoire de ce club légendaire et pour tout ce qu’il y a autour.

Stade
Ville
Ambiance
Summary

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *