Menu Fermer

Olympique Lyonnais - Benfica Lisbonne

25€ Bloc VHE
6.6

Le stade

7.0/10

Le football

6.5/10

L'atmosphère

7.0/10

L'expérience groundhopping

6.0/10

Pros

  • Belle présentation/intro de l'évenement.
  • Accessibilité/Organisation irréprochable.
  • Un Parc OL plein pour de vrai.
  • 4 buts, c'est beaucoup pour le niveau des équipes.

Cons

  • Haïr un joueur et fêter son but, c'est moche.
  • Le Benfica, ça ne vaut plus rien...

J’ai déjà parlé du Groupama Stadium pour un match de l’OL sur le site. Il me semblait néanmoins utile de revenir dessus dans une soirée bien plus marquante qu’un match de Ligue 1 contre Montpellier.

J’avais acheté le Pass 3 matchs pour 70€ après les deux branlées prometteuses sous Sylvinho. Le club avait de fortes probabilités de prendre des grosses équipes (dont LFC), ou des gros parcages donc je me suis laissé tenter. L’OL a finalement obtenu le pire (le meilleur pour eux) tirage au sort avec des équipes « claquées », des fans adverses peu réputées, et en plus tous les matchs tombaient en même temps que Liverpool (j’ai donc raté le 1er match de l’OL contre le Zenit). Pire, la situation sportive de l’OL a depuis bien empiré et ne promettait plus rien en terme de jeu.  

Le stade

Ce soir, le stade est quasiment plein. Et pour de vrai, pas seulement dans les chiffres (qui semblent toujours faux en Ligue 1). Du coup, même le parking des Panettes (côté Est) est annoncé complet. Pour autant, l’accessibilité au stade est toujours aussi excellente avant comme après le match pour se garer et prendre le Tram. Je l’avais déjà constaté pour la finale de la Coupe du Monde féminine. Ils sont irréprochables.

De nuit, le stade est quand même bien joli de l’extérieur comme de l’intérieur. Les couloirs sont toujours un peu austères mais pas grave. Je ne suis pas du tout supporter de l’OL et pour ainsi dire j’avais presque fini par avoir la flemme de me rendre au stade. Mais sur place entre la bonne sono, le show de lumières ou le clip d’introduction sur l’OL on nous vend quand même très bien un « spectacle » qui peut même intéresser des gens moins passionnés par le football. Il ne faut en effet pas attendre la musique de l’hymne de la Ligue des Champions pour comprendre que c’est une belle et grande soirée.

L’atmosphère

Je suis dans le virage au dessus des Bad Gones. La sono des capos est excellente pour se faire entendre aussi bien de toute la tribune basse comme de la tribune haute. Du coup, ça favorise évidemment l’ambiance puisque même le virage haut peut facilement suivre les chants. C’est assez rare mais on s’en contente car le virage bas a une capacité déjà bien imposante. Malheureusement, aucune animation particulière ce soir.

En face, je suis bien trop loin pour voir et entendre les Lyon 1950. Le parcage visiteur semble plein et se fait entendre très rarement par des « BENFICA ». La seule réelle occasion de leur prêter attention se fera en seconde mi-temps avec plusieurs fumigènes.

Le football

Le club est dans une situation étrange qui semble néanmoins devenir habituelle pour les supporters de l’OL avec un désamour certain pour leur coach Rudi Garcia. Il a été très unanimement hué par le public ce soir. Cependant, sportivement le club semble aller bien mieux que sous Sylvinho. Les voyants sont donc plutôt au vert pour ce match, surtout quand respectivement le Benfica Lisbonne est d’un niveau bien faible. Dès la quatrième minute l’OL prend le bon chemin des huitièmes en ouvrant le score puis en faisant le break par Depay à la 33ème.

En seconde mi-temps, Bertrand Traoré fera son entrée en jeu à la 73ème sous une bronca. Je comprends les sifflets pour R. Garcia mais l’acharnement que peuvent avoir les supporters sur un joueur est ridicule, surtout quand la bronca survient à son entrée en jeu plutôt qu’à une sortie. On ne met pas dans les meilleures conditions un joueur. C’est d’autant plus vrai qu’après la réduction du score du Benfica, Traoré lui-même va sceller le match par un troisième but. Ça prête à sourire de voir ce joueur hué, entendre les critiques des spectateurs à chacun de ses ballons touchés, puis de voir ces mêmes personnes jubiler sur le troisième but. Ils ne vont pas se priver de fêter un but mais ils se sont mis en position de passer sérieusement pour des cons quand même. Sur la célébration du but, en signe de soutien les autres joueurs ont bien fait remarquer au virage qu’il avait marqué.

L’expérience groundhopping

Un bon show d’avant-match, une ambiance sympathique et 4 buts : la soirée fut moins mauvaise qu’attendue. Personnellement, ce qui est désagréable c’est que je supporte le FC Nantes en France et que je n’aime pas l’OL. Donc je ne suis pas dans le « mood » pour prendre part à la fête au stade. Dommage pour moi mais pour un « simple fan de football » ou mieux un lyonnais ce sont des belles soirées !

Co-fondateur et rédacteur | Website

Ex-abonné du FC Nantes depuis mes 10 ans (#KitaCasseToi), j'ai été familiarisé aux parcages visiteurs des stades français. C'est un stage professionnel de 6 mois à Liverpool, mon autre club de coeur, qui a développé ma passion pour le groundhopping en 2016.

Cela m'a ensuite emmené dans le Rhône-Alpes où, plus proche des frontières, je n'hésite plus à partir à l'aventure par avion mais surtout par d'interminables trajets en car. Je peux réciter toutes les lignes Flixbus par cœur au départ de Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *