Menu Fermer

Benfica - Olympique Lyonnais

15€ Parcage visiteur
6.7

Le stade

6.0/10

Le football

5.0/10

L'atmosphère

7.0/10

La ville

8.0/10

L'expérience groundhopping

7.5/10

Pros

  • Facilité d'accès.
  • Prix des places.
  • Des tribunes vivantes tout le match.

Cons

  • Zèle de la police.
  • Configuration du parcage.

Fan de l’Olympique lyonnais expatrié dans la capitale depuis trop longtemps j’ai toujours eu plus de facilités à voir les matchs de mon équipe préférée à l’extérieur. Depuis plusieurs années le tirage au sort des phases de poules de coupe d’Europe a toujours été le moment le plus excitant du début de saison, quel nouveau stade vais-je pouvoir découvrir cette année ?  Je croise les doigts pour ne pas tomber sur des clubs que j’ai déjà eu l’occasion de voir.

Ayant déjà fait plusieurs stades en Allemagne, Angleterre et Espagne j’ai été ravi de voir apparaitre dans le groupe de l’OL le Benfica.

Pour les matchs à l’extérieur de l’Olympique Lyonnais je passe depuis plusieurs saisons par un groupe de supporter officiel composé de fans expatriés, les HEXAGONES, moyennant une cotisation annuelle de 15€ ont a la possibilité d’avoir des places pour tous les matchs à l’extérieur du club, Ligue 1, coupe et coupe d’Europe avec à chaque fois un rabais sur le prix des places. Soit ici 15€ la place pour le match et donc 30€ la place en comptant la cotisation.

Cette année j’ai réussi à motiver 2 potes pour leur faire découvrir les matchs hors de France. Ayant déjà visité Lisbonne nous décidons de prendre un avion qui nous fait atterrir en début d’après-midi. Malheureusement la mauvaise météo à Lisbonne a engendré 1h30 de retard et le temps de manger un bout au centre-ville et de récupérer les clés du Air Bnb nous nous rejoignons sur la Place du commerce pour boire un verre. Les groupes de supporter ne tardent pas à arriver sur la place pour quelques chants dans une ambiance assez calme.

Ensuite nous nous dirigeons au stade en métro, il y a une ligne directe avec un arrêt préconisé pour l’arrivé des visiteurs comme dans certains stades il faut faire le tour pour trouver l’accès de la zone visiteur qui n’est pas très bien indiquée, nous passons devant une grille fermée et par hasard remarquons plus de CRS que d’habitude et nous demandons à rentrer nous aussi. Après une fouille plutôt minutieuse nous atteignons une zone d’attente, le tour du stade étant libre il faut que les policiers forment une haie d’honneur pour que nous allions jusqu’à notre tribune.

Mauvaise surprise en arrivant le parcage est coupé en 2 par une paroi vitrée et comme nous arrivons après les groupes officiels il ne reste que très peu de places. Nous décidons de rester dans la zone calme.

Juste avant l’arrivée des joueurs sur la pelouse nous assistons au traditionnel survol de l’aigle du club dans tout le stade. Malgré la mauvaise situation du club en coupe d’Europe (0 point) l’ambiance est là et le stade reprend plusieurs chants.

Le début de match avec un but d’entrée les mets encore plus en confiance et on sent que la soirée va être longue. Le match n’est pas très passionnant avec beaucoup de déchet technique jusqu’à la mi-temps.

En 2eme mi-temps l’OL se remobilise mais reste assez inoffensif. Le but de Memphis rabat les cartes et change l’ambiance du stade, les supporters de Benfica deviennent hostile envers leurs propres joueurs et sifflent la moindre perte de balle.

La suite a été vue partout : la boulette de Lopes à 5 minutes de la fin scelle le match qui se solde par une nouvelle défaite.

Après le match nous patientons pendant environ 30 minutes comme d’habitude avant d’être autorisé à quitter les tribunes. Mais cette fois nous allons subir un gros contretemps de la part des forces de l’ordre, une fois sortie de tribune, nous attendons tous devant le stade pour permettre d’évacuer une partie des supporters vers l’aéroport.

Il s’en suivra de longues minutes d’attentes encerclées par les CRS qui nous achemine très lentement en direction du métro, nous arrêtant 10 minutes tous les 50 mètres. Il nous faudra presque 1h pour atteindre le métro. Et même dans les couloirs du métro impossible de descendre sur les quais les couloirs étant bloqués par les policiers. Ne tenant plus nous parvenons à trouver une échappatoire vers une autre sortie non bloquée par la police vers l’extérieur du métro et parvenons à prendre un taxi pour faire les 10 min nous séparant du centre-ville.

Une fois au centre approchant minuit il est plus difficile de trouver à manger mais nous finissons dans un bar à Tapas pour profiter de la vie nocturne lisboète jusqu’au bout.

Clément Giboudaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *