Menu Fermer

Borussia Mönchengladbach - Eintracht

28€ Tribune 1
8

Le stade

8.0/10

Le football

8.0/10

L'atmosphère

8.0/10

L'expérience groundhopping

8.0/10

A l’approche des vacances de la Toussaint, nous avons décidé (ma fille et moi) de programmer un week-end de groundhopping à l’étranger. Initialement, nous avions ciblé deux journées de championnat italien (Serie B et A). L’idée était de combiner les matchs entre Venezia et Pordenone puis entre Udinese et Rome. Un choix logique pour une personne, comme moi, originaire de cette région. Mais le prix des vols retours nous a incité à modifier notre choix.

Nous avons prospecté, et après avoir analysé les différentes options, nous avons choisi d’aller en Belgique et en Allemagne pour Genk-Cercle Bruges et Borussia Mönchengladbach-Eintracht Francfort. La Jupiler League étant une sorte d’apéritif avant le plat de résistance Bundesliga.

Le Trajet

Si nous nous sommes « rabattus » sur la Belgique et l’Allemagne, c’est aussi pour des raisons pratiques. Nous vivons en Normandie, à côté de Honfleur, et ces deux pays restent facilement accessibles après un trajet de quelques heures de voiture. Et là-bas, les autoroutes sont gratuites.

La Ville

Après avoir choisi ces deux rencontres, et comme pour Genk, nous avons décidé de ne pas visiter Mönchengladbach. L’intérêt touristique étant assez limité. Nous nous sommes donc dirigés vers Aachen (Aix-la-Chapelle), capitale de l’Empire des Francs et résidence préférée de Charlemagne. Cette ville se situe à 5 km de la jonction des frontières de l’Allemagne, des Pays-Bas et de la Belgique. C’est aussi la plus occidentale du pays. Elle possède également l’avantage d’être à 20 minutes de notre hôtel et 50 minutes du Borussia Park.

Avant de découvrir la ville, il faut régler le problème du stationnement. En Allemagne, pour circuler dans le centre, une vignette verte est impérative. Pour éviter une forte amende en cas de contrôle et d’absence de vignette, des parkings relais sont disponibles en périphérie. Souvent, des offres combinées permettent de garer la voiture et d’avoir des tickets de transport en commun à un prix très abordable. Pour Aachen, nous avons payé 5€ (le stationnement et le bus A/R).

Après avoir rejoint le centre-ville en quelques minutes de bus, nous avons visité l’hôtel de ville de Aachen (Rathaus) dont la fameuse salle de couronnement. Ensuite, direction la cathédrale qui contient les tombes de Charlemagne et de Otton III. Puis, passage devant le Domhof, le Grashaus et la Münsterplatz. Enfin, avant de partir, nous passons devant le Elisenbrunnen (pavillon néoclassique emblématique de 1827).

Le Stade

Suite à notre visite de Aachen, nous sommes partis en direction du Borussia Park. L’enceinte de Mönchengladbach se trouve au sud-ouest de la ville, à proximité de l’autoroute A61. Plusieurs parkings (payant) sont aux alentours du stade. Pour le tarif de 6€, nous avons garé la voiture en toute sécurité. L’organisation « à l’allemande » facilite l’accès au parking avec de nombreux stadiers pour nous guider. Au bout de quelques minutes à pied, nous arrivons devant le Borussia Park.

Construit de 2002 à 2004, ce stade moderne a bénéficié de la coupe du monde 2006 pour voir le jour. D’ailleurs, le club en a profité pour installer toutes ses installations sur ce vaste complexe de 210 000 m² comprenant des terrains d’entrainement, une école de football avec internat, des parkings (sur 9 hectares), des bureaux, un hôtel, un bar, une boutique et un musée. Nous en avons profité pour faire un tour dans la fanshop et ramener un petit souvenir du Borussia.

Ensuite, pour patienter avant le coup d’envoi, nous avons pris place au Bitburger biergarten situé au pied de la Nord Kurve. Sur ce grand espace, nous trouvons des tables avec des bancs, un écran géant et des kiosques pour s’alimenter ou se désaltérer. Le prix des boissons est de 4€ pour la bière ou le soda (40 cl) + 2€ pour le gobelet collector (récupérable si on ramène le verre après usage). Dès la fin de la diffusion du Wolfsburg – Augsbourg, nous sommes entrés à l’intérieur.

La fouille est nettement plus light qu’à Leverkusen. Comme à Genk, le Borussia Park est une enceinte inspirée du style britannique avec des tribunes très proches de la pelouse. Le prix des tickets (27,5€ prix unique dans notre tribune, la 1) n’est pas excessif pour cette rencontre du haut de tableau de la Buli. Nous sommes à l’angle de la Südtribüne et de la Westtribüne. La vision est parfaite, même si nous étions assez bas. Avant le coup d’envoi, l’hymne du club résonne à fond. Le Elf vom Niederrhein est repris en cœur par plus de 50 000 spectateurs. Frissons garantis.

Le Match

Rapidement, la différence d’intensité est flagrante avec le Genk-Cercle Bruges de la veille. Le Borussia peut reprendre la tête du championnat en cas de victoire. De son côté, l’Eintracht pourrait rejoindre le top 4 si le scénario lui est favorable. Les folen prennent le match en main avec une domination territoriale ponctuée par l’ouverture du score de Marcus Thuram sur un magnifique service de Embolo, bien lancé par Bénes (1-0). Peu avant la pause, sur une belle combinaison entre Hermann et Stindl, Thuram est servi. Il ne peut enchaîner mais Wendt récupère le ballon contré par la défense et place une frappe de l’extérieur du gauche pour le but du break (2-0).

Mais au retour des vestiaires, le Borussia balbutie son football. L’Eintracht pousse pour revenir dans la partie. Kamada est trouvé à l’opposé par Kostić. Wendt manque l’interception et le japonais s’enfonce dans la surface pour servir en retrait da Costa (2-1). Le nippon aura encore plusieurs occasions pour obtenir l’égalisation. En vain. Et contre le cours du jeu, Bénes délivre sur coup-franc un superbe centre pour Elvedi. Le suisse, esseulé au second poteau, reprend de la tête et ajuste un ballon lobé injouable pour Rønnow (3-1).

La Nord Kurve exulte. Le stade pense (à tort) que cet avantage est définitif. Mais les visiteurs continuent d’aller de l’avant. Sur un corner de Kamada, Hinteregger reprend au premier poteau le ballon pour placer une tête décroisée dans les buts de Sommer (3-2). Le suspens est à son comble. Le Borussia peut-il tenir le score ? Francfort peut-il arracher le nul ? Finalement, Zakaria redonne deux buts d’avance à son équipe suite à un gros travail de Lars Stindl (4-2). Plus rien ne s’oppose à cette victoire pour Mönchengladbach. Les joueurs de Marco Rose empochent les trois points et reprennent leur place de leader du championnat.

L’atmosphère

Dans un stade comble (52 300 spectateurs), l’ambiance a été magnifique. Les fans de la Nord Kurve soutiennent leurs joueurs mais également les autres tribunes. Le public allemand est passionné et impliqué. Le scénario du match a également permis d’obtenir un soutien sans faille suite à la très bonne deuxième période de l’Eintracht. La grande colonie des fans de Francfort n’a pas été en reste non plus. Même si quand le tableau d’affichage était de 2-0, les encouragements étaient moins convaincants. Par la suite, quand l’espoir est revenu, les visiteurs se sont montrés très bruyants pour pousser leur équipe.

L’expérience groundhopping

Pour ce deuxième match du week-end, et principal motif de ce déplacement en Allemagne et en Belgique, l’expérience est une totale réussite. Nous avons visité Aachen, un club allemand ambitieux du haut de tableau et au passé riche et glorieux, un stade à l’anglaise à l’ambiance exceptionnelle. La zone des trois frontières (Allemagne, Belgique et Pays-Bas) permet de pouvoir coupler plusieurs matchs intéressants avec la présence de nombreux clubs dans la région (Cologne, Düsseldorf, Eindhoven, Leverkusen, Liège, Mönchengladbach, Sittard, Venlo …).

Nicolas Wagner

Rédacteur @zonemixteFr (Premier League & Serie A), @NordiskFootball (rubrique rétro). Ex @FrSerieA@EspoirsduFoot

2 Comments

  1. Ping :Borussia Mönchengladbach – Eintracht Francfort – La Gazzetta de Friûl Connection

  2. Ping :FC Nantes - AS St Etienne - Au stade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *