Loujniki, l’ombre soviétique

Pour une bonne part des Français, le stade Loujniki est désormais synonyme de triomphe absolu. C’est effectivement sur la pelouse de ce stade mythique que les Bleus de Didier Deschamps ont remporté la coupe du monde en juillet dernier. Loin d’être donnée favorite, l’Equipe de France aura su contrecarrer la malédiction qui semblait frapper les Français en Russie, depuis la désormais célèbre Bérézina napoléonienne. Si le stade qui accueille les matchs de l’équipe nationale de Russie a également été le théâtre de l’exploit de la Sbornaya face à l’Espagne, il demeure avant tout mythique pour la forte charge symbolique et politique qu’il porte.

Nommé Stade Central Lénine de sa création à la chute de l’URSS en 1992, le Loujniki est effectivement intimement lié à l’instrumentalisation politique du football par le régime soviétique. Sa construction monumentale en 1955 répondait effectivement à un objectif de grandeur via les grands travaux menés par Staline avant sa mort en 1953 et prolongés par ses successeurs. Quelque peu rétifs au football à l’origine, les dirigeants soviétiques vont rapidement comprendre à quel point ce sport est stratégique et s’en saisir.

Lire la suite