Maracanã, le tombeau des espoirs brésiliens

Il est des stades qui sont non seulement absolument mythiques mais présentent en outre une capacité d’attraction absolument démentielle. A Paris et dans sa banlieue proche, le Parc des Princes joue assurément ce rôle d’aimant. Plus au sud, dans ma Provence natale, le Vélodrome est l’édifice sportif à l’ombre duquel tous les minots ou presque grandissent en rêvant d’y fouler la pelouse – le stade Alexis Caujolle situé en face du Vel jouant le rôle de symbole de cette attraction incroyable. Il est des stades encore plus mythiques qui n’attirent pas seulement les rêves des enfants locaux mais de tout un pays, ainsi en est-il assurément du Maracanã, peut-être le plus mythique des stades du monde.

Le stade – dont le nom officiel est Estádio Jornalista Mário Filho (en hommage au journaliste sportif et écrivain du même nom) depuis 1966 – inauguré en 1950 pour la première coupe du monde accueillie par le Brésil a longtemps été le plus grand stade du monde avec une capacité de 200 000 places (capacité parfois dépassée par l’afflux de personnes). Si le Maracanã est aujourd’hui connu pour être le théâtre de l’affrontement des grandes équipes du championnat carioca lors de matchs de prestige – à la fois pour les matchs de championnat et pour ceux de Copa Libertadores – il est aussi synonyme de grande souffrance pour le peuple brésilien, pour ceux que l’on présente comme les rois du football mais qui n’ont jamais réussi à être prophète en leur pays.

Lire la suite

New-York RB – Houston Dynamo

Je change pour la première fois de continent et vais vous parler de mon expérience soccer à New York avec les NY Red Bulls. Puisque jamais personne n’ira spécialement dans cette ville pour son football, je vais faire allusion à d’autres sports et stades. Et pour cela il y’a notamment le Yankee Stadium utilisé par le club rival du New York FC (partenaire de Manchester City) mais qu’on connait surtout pour son équipe de base-ball la plus titrée de l’Histoire du sport américain.

A savoir dans un premier temps que la saison régulière de MLS se déroule de début mars à fin octobre. Il est donc difficile d’y voir de la NBA, NHL ou NFL dans le même temps car les dates ne coïncident que sur à peine un mois. Cependant si les équipes sont compétitives, avec les playoffs vous aurez quelques possibilités supplémentaires. Pour ma part, sur ma période (fin du mois d’aout), un match amical de NFL se jouait au MetLife Stadium (mal situé dans le New Jersey). Mais vous devrez surtout compter sur la MLB, qui se joue sur les mêmes dates que la MLS.

Lire la suite

Estadio Nacional de Chile, le stade concentrationnaire

Le 13 juin dernier, les fédérations membres de la FIFA ont désigné l’hôte de la Coupe du monde 2026. Réunies en plénière extraordinaire, lesdites fédérations ont désigné le trio Mexique-Canada-Etats-Unis comme futur hôte. Opposé au Maroc, le consortium l’a emporté assez largement, notamment avec le concours d’un certain nombre de voix africaines et arabes – ce qui n’a pas manqué de créer quelques tensions diplomatiques. Après la  Russie puis le  Qatar, le Mondial retournera donc aux Etats-Unis pour la deuxième fois de son histoire après 1994. Au-delà les critiques légitimes qui ont pu poindre (notamment sur le choix de l’argent au détriment de la passion), le triomphe du consortium est également un formidable message d’espoir pour une région fracturée depuis l’arrivée de Donald Trump au pouvoir.

Lire la suite

Central – Boca

Tout a commencé il y a quelques semaines, quand j’organisais mon voyage en Argentine. J’avais 2 destinations obligatoires en vue : la Bombonera de Boca et le Gigante de Central. Central est l’un des 2 clubs de Rosario (avec Newells). Il n’est pas aussi « populaire » que les grands clubs de Buenos Aires, mais il faut savoir que c’est la ville qui a vu naître Messi, Icardi, Di Maria, Lavezzi, Bielsa et beaucoup d’autres personnalités marquantes de l’histoire (récente?) du foot. Ceci dit, je m’en moque de tous ces gens, sauf éventuellement LoCelso qui joue au PSG. Ce qui m’attire à Rosario, c’est le stade, ses ambiances de folie et ses fameux « Recibimientos » (= entrée des joueurs, très animées).

Lire la suite