Juventus – Atlético

Vous vous en souvenez peut être, sinon retour dans les archives de au-stade.fr : j’ai eu la chance d’avoir des billets pour Atlético – Juve. C’était forcément compliqué de ne pas faire le match retour. Surtout que l’avance de 2 buts de l’équipe à notre Grizou national face aux zèbres de Ronaldo annonce un match très chaud sur le terrain. J’espère qu’il le sera également dans les tribunes. Lire la suite

Atletico Madrid – Juventus

Coup de chance. On m’appelle quelques jours avant le match. 2 billets me sont proposés pour ce match de ligue des champions. Bon j’ai déjà fait pas mal de stade, mais jamais en Espagne.
Pas mal d’à priori sur les ambiances à l’Espagnol, j’ai plus trop de RTT ayant un trip côté Italie (dont le match retour de ce fameux Atlético – Juve) mais l’offre étant tout frais payé du mardi au jeudi, je ne peux pas dire non. Mon frère est motivé. On embarque donc direction la capitale Espagnole.

Lire la suite

Bologne – Juventus, Coppa Italia

Mon 6ème stade italien (les autres sont à lire ici) sera celui du Bologne FC pour un match de prestige en Coupe contre la Juventus. Comme souvent c’est une promo qui a tout déclenché : 26€ en bus A/R depuis Lyon au lieu de 62€ ? Et bien c’est parti ! Il n’y avait plus qu’à en rajouter 40 en parcage bianconeri (sans le vouloir) pour la place de match.

Lire la suite

Fiorentina – Juventus, toujours rivaux ?

Aucune meilleure date pour se rendre à Florence que pour une vieille rivalité des 90s entre Fiorentina – Juventus à priori. C’est donc le week-end que j’ai choisi pour découvrir le stade Artemio Franchi. Jusqu’à 3 jours du match, je pensais pourtant me diriger vers un cuisant premier échec : avoir réservé mon voyage sans réussir à obtenir un billet de match. En effet, à ma grande surprise le club ne mettait en vente générale que dans des points de ventes physiques.

Heureusement, @culturefootball m’est venu en aide en me donnant l’adresse mail de la Fiorentina (que je ne trouvais pas jusque-là) pour acheter mon billet par mail. On doit renvoyer un document avec toutes nos infos y compris confidentielles comme le code de notre carte bancaire… Quelques heures plus tard dans la journée de mercredi, le club me confirmait donc l’achat de 2 places en virage pour 50€ l’unité.

Lire la suite

Heysel, le symbole malgré lui

De tous temps, le football a été l’exutoire de nombreuses personnes pour affirmer tout à la fois leur identité et cracher leur mépris de l’adversaire. Si la plupart du temps les affrontements demeurent au stade verbal, il arrive malheureusement que la portée des actes dépasse les simples mots. Il est d’ailleurs assez ironique de constater que le vocabulaire utilisé pour parler du football emprunte une large part de ses mots au langage guerrier : l’on parle tout à la fois de bataille, de confrontation, de duel, de stratégie, de tactique. Evidemment, la plupart du temps il ne s’agit que de métaphores qui permettent tout à la fois de se figurer les choses et d’apporter un peu de lyrisme.

Il arrive pourtant que la métaphore arrête d’en être une et que la confrontation devienne bien réelle, que les appels aux meurtres que l’on entend parfois descendre des tribunes ne soient plus prix au quatrième degré mais au premier. C’est précisément le cas dans toute la culture hooligan au sein de laquelle la confrontation ou la bataille ne sont pas que des mots jetés en l’air mais bien des idéaux de vie et que le combat proprement dit soit plus important que le match de sa propre équipe. Si le hooliganisme est aujourd’hui majoritairement répandu dans les pays de l’est – les hooligans russes, serbes ou ukrainiens faisant figures d’épouvantails – c’est à la Grande-Bretagne que nous devons sa naissance et le drame du Heysel a révélé aux yeux du monde cette mouvance, au prix du sang et des larmes, dans une forme d’apocalypse affreuse.

Lire la suite

Le Derby de Turin : Torino – Juventus

Le match était plutôt bien choisi pour ma deuxième étape de groundhopping en Italie après l’Inter Milan à San Siro. : Le derby de Turin, dit également le Derby della Mole en référence au monument qui symbolise la ville de Turin. De plus, le derby de ce jour semblait revêtir une importance capitale au classement pour les deux clubs.

La Juventus a rarement eu à combattre face à un adversaire aussi fort que Naples pour le titre. Et le Torino grâce à 3 victoires et 2 nuls en 5 matchs pouvait espérer se relancer dans une course à l’Europa League. Pour continuer à vous joindre le contexte avant d’aller plus loin, j’avais une certaine appréhension sur ce Stadio Olimpico Grande Torino liée à la distance entre les virages et le terrain.

Lire la suite