Menu Fermer

Tranmere Rovers – Yeovil Town

Tranmere Rovers - Yeovil Town

£18
6.7

Le stade

8.0/10

Le football

3.5/10

L'atmosphère

7.0/10

La ville

6.0/10

L'expérience groundhopping

9.0/10

Pros

  • L'accueil des fans
  • Le stade

Cons

  • Le football
  • Le prix du ticket

Après mes visites à l’Ibrox Stadium et au St Mary’s Stadium, la suite et fin de mon séjour groundhopping se déroule du côté de la Mersey. En ce 29 décembre, deux matches au programme : Tranmere Rovers vs. Yeovil Town à 15h (League Two, 4ème division anglaise) et Liverpool FC vs. Arsenal à 17h30 (Premier League). Une journée qui s’annonce riche en émotions et très contrastée.

Arrivé la veille, j’ai rejoint quelques potes français sur Liverpool. Deux d’entre eux se sont déjà rendus à Tranmere il y a deux ans, pour le match de la montée en League Two. Depuis, ils ont gardé des contacts. Ils ont même été tagués sur Facebook par des fans qui annonçaient impatiemment leur retour. Nous aussi on est impatient.

 

La ville et le club

Jour de match, il tout juste 12h. Nous partons sur Birkenhead, ville située de l’autre côté de la Mersey, où se trouve depuis 1884 le club de Tranmere Rovers. Il va donc fêter son 125ème anniversaire en cette année 2019. Durant sa première année, il s’appelait le Belmont FC, suite à un jumelage entre Lyndhurst Wanderers et Belmont Cricket Club. Mais puisque le club se trouvait dans le quartier de Tranmere, il a été décidé de changer le nom du club. Dans son histoire, on retient d’abord 3 play-offs d’affiler pour accéder à la Premier League dans les années 1980. On retient également une finale de Cup en 2000, perdue 2 buts à 1 contre Leicester. D’une manière générale, le club s’est souvent baladé de la 2ème à la 4ème division anglaise.

Avant-match

Nous arrivons au stade. Il est 12h30. En arrivant de la Borough road, nous apercevons le stade au loin et la KOP Stand. Celle-ci semble assez grande. Nous arrivons du côté de la statue de Johnny King, ancien joueur et manager du club dans les années 60. Le temps de prendre quelques photos, nous nous dirigeons dans la boutique.

Quelques fans sont déjà présents, mais l’ambiance reste assez calme. Une fois les achats effectués pour certains, nous nous dirigeons vers un chapiteau géant qui sert de fan zone : bar, snack, écran géant, tables et une décoration à couper le souffle qui raconte l’histoire du club. On aperçoit même derrière le bar quelques écharpes d’équipes étrangères, comme celle du FC Eindhoven. A titre de comparaison, ce chapiteau a une superficie bien plus importante que l’unique Pub à proximité de l’Ibrox Stadium des Glasgow Rangers.

 

 

Mes potes retrouvent leurs vieilles connaissances, dont Denise et Bill. Denise est une fan inconditionnelle du club. Elle a sa propre mascotte, porte bonheur, qui assiste à tous les matches. Bill, fan inconditionnel également, est ancien traducteur au club. Il habite à Chester, situé à moins d’une heure en train de Tranmere, et n’a raté qu’un seul match en une cinquantaine d’années. Il nous raconte toutes les histoires du club, des plus folles aux plus inimaginables. Par exemple, la signification du 1er dessin ci-dessous, qui se trouve sur son t-shirt. C’était en 1968, le club jouait alors Huddersfield en 32ème de finale de FA Cup. Le match étant à guichets fermés, des fans se sont rués sur le toit du stade pour suivre le match. La police est alors venue les chercher. Cette image est restée gravée dans la mémoire de Bill et des fans des Rovers.

Autre anecdote et autre dessin, celui d’un vieux tapant le gardien de but avec sa canne. C’était lors d’un match contre Bournemouth dans les années 1930. Les locaux perdaient 4-1. Alors que le gardien adverse mettait trop de temps à dégager le ballon, un homme de 75 ans est allé sur le terrain pour faire comprendre au gardien de but qu’il fallait qu’il se dépêche. A l’époque, le club comptait des ultras. Il s’agissait du plus ancien ultra du club.

Autre fait marquant, la finale de Wembley, en 2016, qui a permis au club de monter en 4ème division. Tranmere a joué à 10 dès la 3ème minute, mais ils ont fini par l’emporter. Bill nous raconte comment il a vécu « son meilleur souvenir en tant que fan du club ».

Nous n’avons même pas mis les pieds dans le stade, que nous sentons déjà la particularité de ce club et l’engouement impressionnant, voir irrationnel, pour une équipe de ce niveau, qui n’a jamais vraiment rien gagné.

 

Le stade

Entre quelques anecdotes de Bill, j’en profite pour faire le tour du stade. Construit en 1887, il prend sa forme actuelle après une rénovation en 1912. Cela fait donc plus de 100 ans qu’il n’a pas connu de grande évolution. Son architecture nous fait d’ailleurs remonter à l’époque. Avec une capacité d’environ 16 000 places, soit quasiment 5 000 de plus que Bournemouth, il a 4 tribunes distinctes. Dont celle de la KOP Stand, qui est d’environ 5 600 places. Les matériaux des tribunes nous font un peu penser à un Hangar ou une vieille usine. L’association avec les briques rouges est d’ailleurs sympa. On a le sentiment que celles-ci ont été rajoutées par la suite, afin qu’on n’entre pas comme on le souhaite dans le stade. En soi, le stade n’est pas forcément très beau, mais on apprécie fortement son côté atypique et sa personnalité.

De retour sous le chapiteau, l’ambiance est montée d’un cran. Une fois n’est pas coutume, je vais rentrer au stade à l’anglaise. C’est-à-dire pour le coup d’envoi. Dans la queue, des fans nous entendent parler en français. Surpris, ils nous demandent ce que nous faisons là.

L’atmosphère

Dans l’arrière tribune, les tables sont quasiment vides. Ici, pas de problèmes avec les bouteilles. Bien qu’elles ne soient pas en verre, je n’ai pas souvenirs d’avoir vu ça dans un stade jusqu’à présent.

Nous arrivons sur nos sièges pour le coup d’envoi. Timing parfait. Nous sommes dans le KOP, derrière les buts. Le prix du ticket est de £18, ce qui est relativement cher pour une rencontre de 4ème division. Ici, à part quelques places réservées, c’est placement libre. Juste derrière les buts, les fans sont debout. Nous ne sommes pas loin d’eux mais assis. L’affluence est de 5782 spectateurs. 3 jours après le match du Boxing day contre Morecambe, puis 6 jours avant le match de FA Cup contre Tottenham, les fans peuvent donc assister à 3 rencontres à domicile en 10 jours.

Sur notre gauche, se trouve une petite maison. Cela semble être utilisé par la sécurité et les médias. Elle semble d’époque. Elle est en tout cas en harmonie avec l’architecture du stade. Bien que cela soit différent, cela me rappelle Craven Cottage. Décidément, ce stade marque de plus en plus des points.

Quelques minutes après le coup d’envoi, le club de Tranmere nous fait une belle surprise, surtout pour mes deux potes déjà venus. En effet, nous avons le privilège d’avoir le message ci-dessous sur l’écran du stade. Incroyable. Nous sommes l’attraction du match. On ressent tout de suite l’aspect familial du club.

C’est la mi-temps, j’en profite alors pour monter tout en haut du KOP. Il paraît que nous pouvons voir Anfield. Bon, la réalité est tout autre. Je ne vois pas le stade, c’est peut-être à cause du ciel assez couvert. En revanche, on a une belle vue sur Birkinhead et Liverpool en arrière-plan. C’est magnifique.

En redescendant, j’aperçois quelque chose d’inattendue. En effet, dans les escaliers, sur la gauche, se trouve une petite niche avec une gamelle. En face de cette niche se trouve une porte. Mais qu’est-ce que ça fait là ? Est-ce qu’il y a un gardien dans le stade ? Quoi qu’il en soit, on se rapproche du foot amateur.

Malgré l’affluence impressionnante pour un club de 4ème division, qui plus est dans une région où deux clubs sont en Premier League depuis des décennies, l’atmosphère qui règne est relativement calme. Nous n’avons rien de bien assourdissant. En revanche, nous pouvons sentir la passion des fans, tant ils réagissent sur chaque action. Des chants sont lancés de manière irrégulière. Sur la fin du match, les fans poussent de plus en plus. L’ambiance est vraiment montée d’un cran. Les fans n’ont rien à envier à certaines équipes. L’un des chants les plus repris est « Support White Army ». Pourtant composé de 3 mots, nous avons mis du temps à le comprendre, tant les fans mâchent les mots.

Le match

Côté football, c’est là aussi atypique. Comme nous pouvions nous y attendre, nous voyons plus de dégagements en tribune que de gestes techniques. Le niveau du match est donc assez faible, comme en témoigne ce score de 0-0. En revanche, un joueur sort du lot : le n°5 et capitaine, la légende Steve McNulty. Agé de 35 ans, il a été formé au Liverpool FC. En plus de son âge, il semble peser son poids. Malgré ça, il a gagné 100% de ses duels de la tête et est souvent bien placé sur les trajectoires. C’est impressionnant à tel point il joue avec intelligence. Mes potes l’avaient déjà remarqué il y a 2 ans, il a de nouveau été très bon. On se dit alors que son duel face à Llorente ou Kane devrait valoir le détour.

L’après-match : on file à  Liverpool – Arsenal

Au coup de sifflet final, nous devons partir. Anfield nous attend. Les Reds jouent dans 35min. La foule, déçue du résultat, s’empresse de partir également. Cela créé des embouteillages dans les escaliers. Des fans nous entendent parler en français et nous demandent encore une fois qu’est-ce que nous faisons là. Ils sont surpris et ne comprennent pas pourquoi.

Une fois aux abords du stade, on récupère enfin notre Uber. Avec la circulation, on se dit que cela va être chaud. Finalement, nous entrons dans le stade dès le début du You’ll Never Walk Alone. Timing parfait. Profitez :

Quels frissons ! Que c’est beau, toutes ces écharpes tendues. Le stade qui chante comme un seul homme. Nous avons connu toutes les émotions aujourd’hui. Le contraste est saisissant. Tout est plus grand, plus intense et plus impressionnant ici. Mais cela n’empêche pas d’avoir adoré Prenton Park. Cette ambiance festive, familiale et populaire nous rapproche du football d’autrefois, loin du football business. Chacun a ses atouts et ses défauts. C’est ça, la beauté du football, rien n’est jamais pareil.

Je vous conseille vivement de vous rendre au moins une fois du côté de Prenton Park, vous ne serez pas déçu ! Maintenant, on prend place dans le KOP et on profite de cette ambiance magnifique. Si vous voulez comprendre ce qu’est un match à Anfield, vous pouvez aller plus loin grâce à nos précédentes visites, comme celle-ci : Liverpool-AS Roma.

Retrouvez également notre autre expérience de foot amateur autour de Liverpool :

FA CUP : derby Prescot Cables – City Of Liverpool FC

1 Comment

  1. Ping :Forest Green - Tranmere Rovers (Play-offs retour League Two) - Au stade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils