TSV München 1860 – Osnabrück

Présent sur Munich pendant une semaine pour les études, un petit périple groundhopping s’imposer dans le « deuxième » club de la ville !

La ville

Je suis étudiant en management du sport en France et nous avons donc passé une semaine de « learning trip » à Munich. Outre les visites professionnelles, cette semaine nous a permis de découvrir plus en profondeur cette ville. Nous dormions proche de la gare, l’occasion de sortir donc tous les soirs dans les rues de Munich autour de Marienplatz. La première impression, c’est que la ville est très « allemande ». On était les seuls à traverser au feu rouge et à parler dans le métro, comme d’habitude ici. Les allemands sortent également peu en semaine, et c’est la plupart du temps dans les pubs anglais ou irlandais que l’on y retrouve le plus de monde. Une très bonne expérience dans l’ensemble avec notamment les fameuses brasseries allemandes et leur pintes de 1L!

Le stade

Depuis quelques années et des descentes successives, le TSV München 1860 ne joue plus à l’Allianz Arena, et je pense que c’est pour son plus grand bien. Nous avons eu l’occasion de découvrir le stade dès la veille du match. En effet, en troisième division allemande, on vient chercher ses places directement au centre d’entraînement du club, et ce dernier se trouvait ici à côté du stade. Le Grünwalder Stadion est un stade assez vieux, et nous avons trouvé qu’il était un peu un mix entre une Curva italienne et le Stade des Costières à Nîmes. Sa capacité de 15 000 places en fait un bon vrai stade de football avec des tribunes assez proche de la pelouse.

L’atmosphère

Le jour du match, nous découvrons directement la culture allemande qui fait que tous les déplacements se passent à merveille. On nous demande si nous sommes « home » ou « away » supporters et selon notre réponse, nous voilà dans deux métros différents. C’est la même chose à la sortie du métro aux abords du stade : les supporters du TSV empruntent une rue, ceux d’Osnabrück en empruntent une autre. Et tout ceci aucunement pour éviter les affrontements entre les différents groupes de supporters, mais simplement pour que tout soit carré. Arrivés au stade, on profite du temps restant pour prendre une bière et un bretzel chacun afin de profiter pleinement de l’expérience allemande, le tout à un tarif abordable. Un de mes potes dépose son sac dans un « vestiaire » à proximité des stewards, la petite anecdote révèlera qu’il passera presque 1h à négocier avec eux à la fin du match pour le récupérer après avoir perdu son ticket. En Allemagne, la règle, c’est la règle et si jamais vous perdez votre ticket, c’est à vous d’attendre que tout le monde vienne récupérer son sac avant de pouvoir récupérer le votre, et ce quand bien même ils sachent que c’est bien le votre ahah.

Nous arrivons dans les tribunes une bonne demi-heure avant le coup d’envoi. Dès notre arrivée, la sono au maximum crache du bon vieux rock allemand pendant tout l’échauffement des joueurs. Il nous faut donc attendre les quelques minutes précédent le match pour enfin attendre les plus de 10 000 supporters locaux et les 1500 supporters d’Osnabrück donner de la voix.

Les supporters locaux avaient prévu une belle animation pour le coup d’envoi à base de ballons et drapeaux alors que les supporters adverses se contentaient de déployer leur bâche et de nombreux drapeaux pour une animation également réussi. Le reste, c’est 90 minutes de chants continus avec même parfois des supporters qui se répondent l’un l’autre pour une ambiance très plaisante. En même temps, 15 000 supporters en troisième division, à part en Angleterre, il est difficile d’imaginer une telle affluence et une telle ambiance dans un niveau aussi bas. Cette belle atmosphère nous a permis d’oublier la température assez basse et de passer un magnifique moment au coeur de la culture foot allemande.

 

Le football

Osnabrück étant leader du championnat de 3. Liga, nous nous attendions à une démonstration de force du leader sur la pelouse du 9ème de la 3ème division allemande. Dès les premières minutes, il n’en est rien et le TSV se montra plus fort, notamment physiquement. Notre attention se porta directement sur deux joueurs du München 1860, son attaquant de pointe ressemblant étrangement en un Mitroglou en plus énergique et son arrière droit assez maladroit. Ces deux joueurs auront bien sûr un rôle déterminant dans la dramaturgie de ce match. Car dès la 7ème minute, un contre d’Osnabrück sera directement conclu de la tête par le numéro 33 Girth, qui douchera la magnifique ambiance de ce début de match. Pendant plus d’une heure ensuite, le jeu sera marqué par du hourra football avec de longs ballons balancés devant et des fautes toutes les 5 minutes. Le match n’était clairement pas à la hauteur de l’ambiance dans les tribunes, mais ça ne donna au match qu’une saveur plus authentique encore.

À la mi-temps, on se dit au détour d’une bière que l’équipe à domicile se porterait mieux sans on magnifique arrière droit. Et comme par hasard, celui-ci se fera expulser dès la 57ème minute pour un deuxième jaune aussi bête que le précédent. Et devinez quoi ? 4 minutes plus tard, c’est notre Mitroglou qui s’en va marquer le but de l’égalisation au terme d’une action plus que poussive. Nous voilà mort de rire en train de célébrer avec les supporters du TSV, aux anges d’être revenu au score de la sorte face au leader du championnat, à 10 qui plus est. Malheureusement, la logique reprendra le dessus et Osnabrück viendra s’assurer une nouvelle victoire à l’extérieur en fin de match grâce à un doublé de son numéro 33. Dommage que ce soit sur un coup de pied arrêté facilement métrisable. Victoire finale 1-2 du leader Osnabrück qui est toujours invaincu à l’extérieur cette saison. La conclusion que nous avons faites, c’était celle d’un match certes très pauvre techniquement, mais très engagé physiquement, on ne peut pas dire que les joueurs aient triché une seule minute.

L’expérience groundhopping

Cette nouvelle aventure groundhopping aura été une franche réussite. Nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre avant le match, et l’expérience vécue au sein de l’enceinte des Löwen sera surement une des meilleures vécues cette saison, ma première saison de groundhopping.

Suivez la suite de mes aventures directement sur Instagram : https://www.instagram.com/french_tifosi/

7.1

Le stade

6.5/10

Le football

5.5/10

L'atmosphère

8.5/10

La ville

6.5/10

L'expérience groundhopping

8.5/10






Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *