Aris Salonique – PAOK

Aris Salonique - PAOK

7.2

Le stade

5.5/10

Le football

6.5/10

L'atmosphère

9.5/10

La ville

7.0/10

L'expérience groundhopping

7.5/10

Après deux jours de visite de cette belle ville de Thessalonique et pour commencer mes vacances d’octobre placées sous le signe du groundhopping, direction le  Kleanthis Vikelidis stadium, qui a était construit en 1951 et rénové en 2004. Ce stade ayant une capacité de 22 800 places devrait être plein pour ce derby qui s’annonce bouillant.


La ville

Cette ville se situant dans le golfe de Thermaique, au bord de la mer Egée, est très intéressante à visiter. Avec de beaux monuments comme la tour blanche située en bord de mer ou encore des ruines romaines. Ayant un climat agréable ( encore 20 degrés fin octobre ), c’est un bon lieu pour y passer quelques jours.


Le stade

Niché en plein milieu d’un quartier plutôt résidentiel, ce stade atypique qui n’a pas de toit, à part au dessus de la tribune officiel, à l’air plutôt vieux malgré ça récente rénovation. Il me semble ne pas avoir vu de buvette à l’intérieur du stade mais beaucoup de vendeurs ambulants tout autour du stade, avec quelques supermarchés. Ce stade est facile d’accès avec un bus qui part directement du centre ville, il vous restera plus qu’à marcher quelques minutes et vous arriverez aux abords du stade.


L'ambiance

Niveau ambiance c’est tout autre chose, avec un coup d’envoi a 18H, je suis arrivé aux abords du stade 2H30 en avance, et à ma grande surprise plus de 10 000 personnes étaient déjà présentes. Le principal groupe d’ultras était déjà là et mettait l’ambiance avec leurs amis du Botev Plovdiv et du Borussia Dortmund. Il y avait des policiers à peu près partout et en grand nombre, les rues adjacentes étaient toutes bloquées.  Au fur et à mesure que le coup d’envoi approchait, l’atmosphère devenait de plus en plus hostile et tendu. Une heure avant le coup d’envoi, le stade était déjà plein et l’ambiance était folle, mais bon comme de plus en plus souvent en France, il n’y avait la non plus pas de supporters adverses pour une question de sécurité. Arrive enfin les joueurs qui rentrent sur la pelouse et là , trois tifos sont déployés dont un sur toute une tribune latérale, et deux derrières les buts. Arrivent ensuite le moment de brûler tous les objets « volés » au PAOK. Les fans auront chanté tout le match cela n’aura pas suffit pour faire gagner leur équipe.



Le football

Le match en lui-même n’était pas génial , le niveau était plutôt moyen, mais grâce au public les joueurs de l’Aris se sont surpassés et ont marqués très rapidement (2ème minutes) et auraient pu en marquer un ou deux de plus mais l’égalisation du PAOK arrive à la 36ème minute. Après la mi-temps les joueurs de l’Aris continuent à pousser et obtiennent un pénalty à la 66 ème minutes, ce qui aurait pu faire basculer le stade dans une euphorie totale si le gardien du PAOK ne l’avait pas arrêté. Finalement l’Aris se fait prendre en contre et le PAOK marque un deuxième but grâce à Aleksandar Prijovic à la 84 ème minute, le score final est de 2-1 pour le PAOK.


L'aventure groundhopping

Pour conclure, c’était une excellente expérience footballistique avec la découverte d’un nouveau stade avec une ambiance magnifique. Je vous le conseille, si vous en avez l’occasion de visiter cette belle ville et d’y aller voir un match !

One thought on “Aris Salonique – PAOK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *